Le P comme Politique marocaine en Afrique
finnenfeil_2016_610.jpg

Le Maroc a commencé à utiliser ses ressources en phosphate (P) pour étendre son influence sur le continent africain. La roche phosphatée pourrait avoir été centrale dans l'adhésion du pays à l'Union Africaine.
Mis à jour le: 24.03 - 2017 17:39Imprimez cette page    
Cette semaine, le Conseil de paix et de sécurité de l'Union Africaine a exhorté le Maroc à ne pas conclure d’accords pour l'exploration et l'exploitation des ressources naturelles du Sahara occidental. Le Maroc, critiqué par le conseil pour son absence à la réunion sur le Sahara Occidental, est entrée dans l'Union Africaine en janvier 2017.

Mais comment le Maroc est-il devenu membre de l'Union Africaine, comme dernier pays d'Afrique ? Une partie de l'explication pourrait être dans la nouvelle diplomatie du phosphate.

Alors que le Maroc veut devenir le premier producteur mondial d'engrais à base de phosphate - pour atteindre une production de 12 millions de tonnes d'ici à 2017 - le pays a également voulu élargir son influence politique en Afrique, où de nombreux pays reconnaissent le Sahara Occidental comme une nation indépendante.

L'OCP Afrique a été créée en 2016 et a, selon des publications issues du Journal Officiel Marocain, créé presque du jour au lendemain des filiales dans 14 pays africains "à fort potentiel agricole". Certains de ces pays sont des partisans de l'autodétermination sahraouie. Tout en utilisant un discours basé sur le "développement de l'Afrique","nourrir la planète", l'OCP Afrique vise à multiplier par cinq les ventes en Afrique d'ici à 2025. L'OCP génère actuellement 12% de son chiffre d'affaires en Afrique, continent de vastes régions dans lesquelles les sols sont pauvres en Phosphore (p), élément vital.

En juillet 2016, lorsque son président, Akinwumi Adesina, était au Maroc, la Banque africaine de développement (BAD) s'est engagée à soutenir la stratégie de l'OCP au sud du Sahara. La BAD avait déjà prêté 250 millions de dollars à l'OCP en 2012 pour la construction du Centre africain des engrais - une usine pouvant accueillir un million de tonnes d'engrais. Le centre a été inauguré en 2016 à Jorf Lasfar, qui abrite la gigantesque plate-forme industrielle d'OCP près de Casablanca.

Parmi les projets les plus importants de l'OCP, il y a la construction d'une usine géante d'engrais en Éthiopie - un investissement de 2,4 milliards de dollars sur cinq ans, ce qui en fait le plus gros investissement de l'OCP à l'extérieur du Maroc. Le 2 décembre 2016, le groupe OCP a signé un accord avec le groupe Dangote - détenu et du nom de l'homme le plus riche au Nigeria et d'Afrique, Aliko Dangote - en présence du roi marocain Mohammed VI et du président nigérian Muhammadu Buhari. L'OCP et Dangote se sont engagés à investir 2,5 milliards de dollars pour produire des engrais dans une ville près de Lagos, au Nigeria.

Le Maroc a explicitement démontré qu'il souhaite échanger des phosphates contre la position des gouvernements étrangers sur le Sahara Occidental, comme on le voit dans le cas de la Russie. Jusqu'à présent, l'achat d'une bonne volonté politique avec des partenariats phosphate est surtout pertinent pour les phosphates du Maroc - et non pas pour le Sahara Occidental.

Les sites d'information nigérians et sahraouis ont publié que l'accord nigérian Dangote comprend l'utilisation de roches phosphatées du Sahara Occidental. Cependant, ceci n'est pas confirmé par WSRW, et pourrait être basé sur un malentendu. La plupart des produits de phosphate et d'engrais vendus au Maroc proviennent en effet de mines et d'usines situées au Maroc proprement dit.

Cela dit, impliquer de nouveaux pays dans le commerce des roches phosphatées du Maroc pourrait être une première étape dans la création de liens qui mèneront plus tard au pillage du minerai sahraoui.

L'Inde a gelé sa reconnaissance de la République du Sahara Occidental en l'an 2000 à une époque où le partenariat phosphate entre l'Inde et le Maroc s'est amélioré. Maintenant, le gouvernement indien est en partie propriétaire dans la joint-venture Paradeep Phosphates, avec OCP. En 2016, l'Inde est devenue le deuxième plus grand importateur de roches phosphatées du Sahara Occidental. Paradeep Phosphates a reçu un vraquier venu du territoire occupé le 19 mars 2017. Le navire, Spar Lyra, pavillon norvégien, détenu par la compagnie Spar Shipping, a quitté le port Paradip le 23 mars 2017.

Néanmoins, le phosphate ne conduit pas toujours à des changements diplomatiques. Par exemple, le gouvernement vénézuélien défend la question du Sahara Occidental au sein de l'ONU, tout en étant un important acheteur du minerai, tant au Venezuela qu'en Colombie. Jouant sur les deux tableaux, le gouvernement vénézuélien a financier l'occupation pendant plusieurs décennies. En 2016, les importations de roches en provenance du Sahara Occidental occupé était d'environ 14,5 millions de dollars, ce qui correspond à près de la moitié de l'aide humanitaire multilatérale accordée chaque année aux camps de réfugiés sahraouis. Le Venezuela a toujours été le seul gouvernement du monde à prendre part à ce commerce. Depuis l'année dernière, un nouveau gouvernement - celui de l'Inde - est entré dans le commerce.

Selon l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), 64% des terres disponibles pour l'agriculture sont en Afrique, où la population devrait doubler d'ici à 2050. Actuellement, les rendements agricoles du continent sont trop faibles. Mais les experts de la FAO soulignent que les engrais naturels à base de compost ou d'engrais organiques, combinés à l'agriculture de conservation, sont tout aussi efficaces pour augmenter le rendement des cultures en Afrique - sans les dangers potentiels des engrais chimiques.

    

Haut de page
Actualités:

26.04 - 2017 / 26.04 - 2017Les Sahraouis au chômage installent un camp de protestation au Sahara
26.04 - 2017 / 26.04 - 2017San Leon en pause au Sahara occidental occupé pour cause de sécurité
25.04 - 2017 / 24.04 - 2017Nouveau rapport : le commerce mondial des phosphates du Sahara occupé
24.04 - 2017 / 24.04 - 2017Vigeo Eiris affirme que le consentement sahraoui n'est pas nécessaire
24.04 - 2017 / 24.04 - 2017L'étude pétrolière Kosmos/Cairn dans les eaux occupées est terminée
12.04 - 2017 / 12.04 - 2017Agrium cherche d'autres sources que le Sahara Occidental
12.04 - 2017 / 12.04 - 2017Immolation d'un capitaine marocain à Dakhla
07.04 - 2017 / 07.04 - 2017FMC Corp confirme son abandon des phosphates du Sahara Occidental
29.03 - 2017 / 29.03 - 2017L'approvisionnement de Kosmos Energy au Sahara Occidental occupé
29.03 - 2017 / 29.03 - 2017Des jeunes Sahraouis chômeurs détournent un bus OCP
24.03 - 2017 / 24.03 - 2017Le P comme Politique marocaine en Afrique
24.03 - 2017 / 24.03 - 2017Lourdes études sismiques Kosmos au large du Sahara Occidental occupé
23.03 - 2017 / 23.03 - 2017L'UA au Maroc : pas d'accords sur les ressources du Sahara Occidental
20.03 - 2017 / 20.03 - 2017Le gouvernement français dilue la conclusion de la Cour de justice
18.03 - 2017 / 18.03 - 2017L'Espagne : l'accord UE-Maroc ne concerne pas les produits du Sahara
17.03 - 2017 / 17.03 - 2017Nouvelle infrastructure énergétique controversée bientôt  au Sahara
16.03 - 2017 / 16.03 - 2017Nouvelle publication sur l'Union Européenne et le Sahara Occidental
10.03 - 2017 / 10.03 - 2017 Maroc en faveur des métaux toxiques dans l'agriculture européenne
08.03 - 2017 / 08.03 - 2017Le Parlement basque aux Cies : restez à l'écart du Sahara Occidental
03.03 - 2017 / 03.03 - 2017Le choc Vigeo Eiris : de l'éthique à l'occupation
15.02 - 2017 / 15.02 - 2017Glencore accélère la recherche pétrolière offshore du Sahara occupé
14.02 - 2017 / 14.02 - 2017Vigeo Eiris silencieux sur son approche marocaine du Sahara Occidental
13.02 - 2017 / 13.02 - 2017Siemens esquive les questions sur le consentement sahraoui
10.02 - 2017 / 10.02 - 2017Cette cargaison du Sahara Occidental occupé arrive en France
09.02 - 2017 / 09.02 - 2017La Cie danoise arrête les importations de sel du Sahara Occidental
02.02 - 2017 / 02.02 - 2017UE : il faut éviter les importations énergétiques du Sahara Occidental
25.01 - 2017 / 25.01 - 2017Le Key Bay a déchargé toute sa cargaison à Fécamp, France
24.01 - 2017 / 24.01 - 2017Voila le Key Bay dans le port de Fécamp
23.01 - 2017 / 23.01 - 2017Pourquoi l'importation du Key Bay n'est pas conforme au droit UE
22.01 - 2017 / 22.01 - 2017Le Key Bay est au large du port de Fécamp




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi