Le navire pour le Canada avec des minéraux de conflit a été libéré
ultra_innovation_20.05.2017_610.jpg

L'Ultra Innovation a quitté le port de Panama City le 21 mai et se dirige actuellement vers Vancouver. Le litige sur la propriété de la cargaison pourrait toujours être en attente de jugement.
Mis à jour le: 25.05 - 2017 22:27Imprimez cette page    
L'image ci-dessus est une capture d'écran des mouvements du vraquier à partir du 20 mai 2017, à 09:30 HNEC, selon Marinetraffic.

Dans les premières heures du matin du 21 mai, le navire Ultra Innovation a été libéré de la détention au Panama. Il se dirige actuellement à une vitesse de 14 noeuds vers le Canada.

Le navire contient des minéraux conflictuels - de la roche de phosphate - exploités par le gouvernement marocain dans le territoire qu'il maintient sous occupation étrangère, le Sahara Occidental. Le minerai est destinée à Agrium Inc, une entreprise canadienne qui importe par le port de Vancouver. Agrium est le principal bailleur de fonds de l'occupation marocaine du Sahara Occidental, alors que les Nations Unies travaillent à la décolonisation.

Le navire a été arraisonné le 17 mai en raison d'un différend relatif à la propriété de la cargaison. Le gouvernement marocain affirme qu'il a le droit d'exploiter la mine de phosphate situé sur le territoire qu'il occupe en violation du droit international.

Le secrétariat des Nations Unies et la Cour de justice de l'UE pensent autrement. Le Polisario, le représentant légal du peuple du Sahara Occidental, a porté l'affaire devant un tribunal au Panama juste trois semaines après s'être engagé dans un cas similaire en Afrique du Sud, à propos d'un navire en transit vers la Nouvelle-Zélande.

Agrium a confirmé à Reuters que la compagnie importatrice avait versé une caution pour la sortie du navire. Western Sahara Resource Watch s'attend à ce que la question soit traitée par le tribunal panaméen dans les prochaines semaines ou mois. L'Ultra Innovation devrait arriver à Vancouver le 1er juin.

« Nous travaillons actuellement avec notre compagnie charter (Ultrabulk) pour faire face à la situation. Actuellement, nous ne prévoyons aucune interruption de production dans nos installations de l'Alberta (Redwater) », a déclaré le porte-parole de l'entreprise à Reuters le 18 mai.

"Nous, à Afrika Kontakt, avions essayé d'expliquer à Ultrabulk et à l'Association des armateurs danois qu'ils agissent en violation du droit international. Leurs réponses démontrent qu'ils n'ont pas pris nos courriers au sérieux et maintenant on peut voir le résultat", a déclaré l'organisation danoise Afrika Kontakt aux médias danois.

Ultrabulk a accepté de transporter du phosphate du Maroc vers l'importateur canadien. Ni Ultrabulk ni Agrium n'ont demandé au peuple du Sahara Occidental s'il consent à ce que les entreprises achètent et transportent le minerai pillé par le pays qui occupe leur territoire.

Au cours des dernières années, Agrium est apparue comme le plus grand importateur de phosphates de roches du territoire occupé. Un rapport de Western Sahara Resource Watch lancé en avril de cette année, estime que leurs importations en provenance du Sahara Occidental pour 2016 équivalent à 66,6 millions d'USD, soit le double de l'aide humanitaire multilatérale accordée aux réfugiés du Sahara Occidental, pourtant propriétaire des phosphates. De nombreuses institutions financières et fonds internationaux ont mis Agrium en liste noire, du fait de sa contribution à la violation par le Maroc du droit international.

    

Haut de page
Actualités:

17.06 - 2018 / 17.06 - 2018La CE trompe les États de l'UE sur les échanges avec le Polisario
16.06 - 2018 / 16.06 - 2018Ici, la Commission européenne ment sur WSRW - et 93 autres groupes
11.06 - 2018 / 11.06 - 2018Comment la Commission veut traiter le commerce du Sahara Occidental
11.06 - 2018 / 11.06 - 2018Manifestation des Sahraouis devant la Commission européenne
03.06 - 2018 / 03.06 - 2018Des investisseurs black-listent Nutrien du fait du Sahara Occidental
26.05 - 2018 / 26.05 - 2018Exclusif : les groupes marocains consultés par l'UE
26.05 - 2018 / 26.05 - 2018La Commission européenne ferme les yeux sur l'arrêt Sahara Occidental
03.05 - 2018 / 03.05 - 2018Chameaux : les chercheurs se déplacent du Sahara Occidental au Maroc
24.04 - 2018 / 24.04 - 2018Nouveau rapport : le contentieux du phosphate au Sahara Occidental
18.04 - 2018 / 18.04 - 2018Fin de la vente aux enchères de la saisie de phosphate du Sahara
18.04 - 2018 / 18.04 - 2018Accord de pêche : le Polisario saisira la justice contre le Conseil UE
18.04 - 2018 / 18.04 - 2018L'UE négociera l'accord de pêche avec le Maroc, Sahara inclus
15.04 - 2018 / 15.04 - 2018Triche sur les bailleurs de la conférence chameau au Sahara occupé
15.04 - 2018 / 15.04 - 2018Une étude ONU projets énergie verte du Maroc mauvaise en géographie
30.03 - 2018 / 30.03 - 2018UE et la reconnaissance
21.03 - 2018 / 21.03 - 2018La Commission européenne veut pêcher au Sahara Occidental
21.03 - 2018 / 21.03 - 2018L'OPEP considère-t-elle le Sahara Occidental comme partie du Maroc ?
10.03 - 2018 / 10.03 - 2018Kosmos Energy maintient la propagande après sa sortie du Sahara
03.03 - 2018 / 03.03 - 2018Confirmé : Innophos, client clé du phosphate de Sahara Occidental
02.03 - 2018 / 02.03 - 2018Que fait HeidelbergCement au Sahara Occidental occupé ?
01.03 - 2018 / 01.03 - 2018La compagnie maritime des Bermudes abandonne le Sahara Occidental
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018L'Afrique du Sud contre le pillage du Sahara Occidental
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018L'UE et le Maroc annoncent un partenariat de pêche durable
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018Le PE condamne les pourparlers de la Commission sur le Sahara
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018Le Polisario est ouvert à des négociations UE - Sahara Occidental
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018Les réfugiés sahraouis célèbrent la victoire à la Cour européenne
28.02 - 2018 / 28.02 - 2018La Cour de l'UE arrête l'accord de pêche UE-Maroc au Sahara Occidental
24.02 - 2018 / 24.02 - 2018La Cour Sud-africaine nie au Maroc la propriété du P sahraoui
24.02 - 2018 / 24.02 - 2018Les États membres de l'UE sont en désaccord sur les engrais toxiques
24.02 - 2018 / 24.02 - 2018Vigeo Eiris revient sur une fausse déclaration




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls: affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Il n'est pas facile de suivre toutes les différentes procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des trois cas à la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi