La chine intéressée par la recherche pétrolière au Sahara Occidental ?
8666sanleonfoto_610.jpg

La société chinoise privée China Great United Petroleum (Holding) Limited pourrait bientôt s’approprier des droits controversés à l'exploration pétrolière sur la terre du Sahara Occidental occupé.
Mis à jour le: 03.07 - 2017 11:54Imprimez cette page    
La petite compagnie pétrolière britannico-irlandaise San Leon Energy a annoncé le 30 Juin 2017 sur son site Internet qu’elle pourrait passer sous le contrôle de la société chinoise China Great United Petroleum (Holding) Limited.

San Leon Energy détient depuis les dix dernières années des droits pour la recherche pétrolière au Sahara Occidental. Ces dernières années, San Leon a obtenu les droits sur deux sites, tous deux situés sur la frontière internationale entre le Sahara Occidental et le Maroc, et chevauchant partiellement les deux territoires.

Les programmes d'exploration n'ont pas été engagés avec le consentement du peuple du Sahara Occidental, et sont donc contraires au droit international tel que décrit par l'ONU en 2002 et par la Cour de justice de l'UE en 2016. San Leon a déclaré - au contraire de l'ONU et la CJUE - que le peuple du Sahara Occidental « n'est pas représentatif ». De nombreux investisseurs internationaux ont exclu San Leon de leurs portefeuilles en raison de l'opération controversée, car elle n'a pas obtenu l'autorisation du peuple du territoire occupé.

WSRW a écrit en 2016 que la société chinoise inconnue Geron Energy Investment prenait le contrôle de San Leon. Selon WSRW, il ne semble pas y avoir de lien direct entre le Geron de l’an dernier et le nouvel offrant China Great United. L'offre de ce nouveau candidat est « soumise au résultat de dernières vérifications », et une proposition formelle sera ensuite faite sous 45 jours.

La société chinoise utilise GMP Securities en tant que conseiller financier pour la transaction proposée. On ne sait pas qui mènera à bien l'important audit préalable, ni si l'analyse mettra en évidence que San Leon détient une licence qui est probablement nulle et non avenue, du fait que le Maroc n’est pas en mesure de signer d'accord pétrolier sur le Sahara occidental.

Depuis le 1er mai les représentants du peuple du territoire ont fait immobilisé un navire en Afrique du Sud par décision de justice, pour sa cargaison de phosphate du territoire occupé, et un procès est en attente. Suite à l'important arrêt de la cour de justice de l'UE en 2016 dans le cas Polisario vs conseil UE, le Polisario a laissé entendre qu'il prendrait des initiatives juridiques contre les entreprises opérant en violation des souhaits des Sahraouis.

San Leon détient deux licences sur le Sahara Occidental, contractées avec la compagnie pétrolière nationale marocaine.

L'une est la licence Zag à l'est, où la société est en litige avec son partenaire marocain à propos d’un retard dans le programme d'exploration. San Leon a accusé la situation sécuritaire locale d’être la cause du retard.

L'autre est la licence Tarfaya, près de la côte. La zone couverte par la licence s’étend du sud marocain à El Aaiun, capitale du Sahara Occidental. San Leon a entrepris des forages d'exploration près de El Aaiun en 2016, provoquant la protestation de milliers de Sahraouis. Il est difficile de savoir si San Leon détient encore les droits sur ce bloc, puisqu'il a disparu des cartes de l'ONHYM en 2016. Quoi qu’il en soit, San Leon, déclare toujours sur son site Web avoir les droits sur cette licence.

Un regard sur le site Web de l'ONHYM [ou téléchargez], qui n’est que rarement mis à jour, montre qu’il ne cite plus San Leon dans la liste des partenaires ONHYM pour le bloc Tarfaya, ce qui confirme le sentiment qu’a WSRW que San Leon ne détiendrait plus de droits sur Tarfaya.

    
Actualités:

20.02 - 2018 / 20.02 - 2018Des eurodéputés préoccupés par le rapport à la loi de la Commission
20.02 - 2018 / 20.02 - 2018La Suède votera contre les négociations sur l'accord de pêche UE-Maroc
09.02 - 2018 / 09.02 - 2018Les études se poursuivent sur le bloc de Kosmos Energy
09.02 - 2018 / 09.02 - 2018Kosmos et Cairn se sont retirés du Sahara Occidental
09.02 - 2018 / 09.02 - 2018Pourquoi WSRW refuse de participer à la consultation UE sur le Sahara
05.02 - 2018 / 05.02 - 2018Condamnation unanime de la Commission UE par des groupes du Sahara
05.02 - 2018 / 05.02 - 2018L'UE fait un accord sur le Sahara qui viole le jugement de sa cour
02.02 - 2018 / 02.02 - 2018Siemens en AG ne répond pas à la question du Sahara Occidental
01.02 - 2018 / 01.02 - 2018Le Polisario pour des compensations de l'UE, et il avertit Nutrien
01.02 - 2018 / 01.02 - 2018Vigeo Eiris se trompe sur l'évaluation UN des droits de l'homme
30.01 - 2018 / 30.01 - 2018"Le plus gros importateur" de minerai de phosphate se retire !
24.01 - 2018 / 23.01 - 2018Glencore a quitté le Sahara Occidental occupé
24.01 - 2018 / 24.01 - 2018Le gouvernement allemand ne soutient pas le business au Sahara
22.01 - 2018 / 22.01 - 2018Le Danemark accepte la poursuite de la pêche UE en eaux occupées
11.01 - 2018 / 11.01 - 2018Avocat de la Cour UE : accord de pêche invalide car Sahara inclu
11.01 - 2018 / 11.01 - 2018La Commission UE prépare un nouvel accord de pêche, Sahara inclu
09.01 - 2018 / 09.01 - 2018Nutrien : le nouveau géant des minerais litigieux
30.12 - 2017 / 30.12 - 2017Le soutien UE au Maroc pour la pêche renforce l'industrie au Sahara
21.12 - 2017 / 21.12 - 2017La Commission de l'UE au Sahara occupé pour autoriser les exportateurs
16.12 - 2017 / 16.12 - 2017Siemens : fournisseur des éoliennes du roi du Maroc au Sahara
11.12 - 2017 / 11.12 - 2017Paradise Papers : du nouveau sur la structure de Glencore
10.11 - 2017 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
03.11 - 2017 / 03.11 - 2017L'énergie éolienne marocaine au Sahara Occidental occupé passerait 40%
02.11 - 2017 / 02.11 - 2017Jytte Guteland : une des 5 eurodéputés expulsés du Sahara Occidental
02.11 - 2017 / 02.11 - 2017Une Cie britannique construit un parc éolien au Sahara occupé
30.10 - 2017 / 30.10 - 2017Une nouvelle étude Kosmos sur le potentiel pétrolier près de Dakhla ?
29.10 - 2017 / 25.10 - 2017Le PE approuve l'accord aérien UE-Maroc incluant le Sahara Occidental
29.10 - 2017 / 29.10 - 2017Négociations commerciales UE-Maroc : remplacer Sahraouis par Marocains
24.10 - 2017 / 24.10 - 2017Vote sur l'accord aérien UE-Maroc, couvrant le Sahara Occidental
13.10 - 2017 / 13.10 - 2017Wärtsilä va construire une centrale électrique au Sahara Occidental




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi