Négociations commerciales UE-Maroc : remplacer Sahraouis par Marocains
mogherini-bourita_610x220.jpg

L'UE et le Maroc semblent tous deux souhaiter conclure les négociations pour maintenir le Sahara Occidental occupé dans le cadre territorial de leur accord commercial bilatéral - en dépit d'un jugement rendu par la plus haute Cour de l'UE.
Imprimez cette page    
Le 23 octobre 2017, la chef des affaires étrangères de l'Union européenne, Federica Mogherini, a rencontré le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, à Bruxelles. Selon le communiqué de presse officiel du Service européen pour l'action extérieure, la réunion a permis aux deux parties de "constater les progrès accomplis dans la négociation en cours en vue de l'amendement des protocoles de l'Accord agricole entre l'UE et le Royaume du Maroc. La Haute Représentante [Mogherini] et le Ministre [Bourita] ont exprimé leur détermination commune à la mener à bien dans les meilleurs délais."

À la base de ces négociations se trouve un arrêt de décembre 2016 de la Cour de Justice de l'UE (CJUE), concluant que le Sahara Occidental est un territoire "séparé et distinct" du Maroc, et que, en tant que tel, l'accord d'association avec le Maroc peut être appliqué au territoire uniquement avec le consentement explicite de la population du territoire : les Sahraouis. L'une des implications directes de cette décision est la fin de l'accès préférentiel au marché de l'UE pour les marchandises en provenance du Sahara Occidental occupé (bien que la mise en œuvre exacte de cette obligation juridiquement contraignante reste floue).

Cependant, d'après ce que Western Sahara Resource Watch peut établir, aucun effort n'a été fait par le Maroc ou l'UE pour obtenir le consentement du peuple du territoire dans les négociations commerciales, une exigence très claire de la CJUE.

Ne voulant pas arrêter l'afflux de marchandises du Sahara Occidental et confronté à un Rabat furieux qui menaçait de mettre fin à toute coopération pour stopper la migration de l'Afrique subsaharienne vers l'Union, l'UE a demandé au Maroc de négocier un moyen de contourner l'arrêt de la Cour.

Bien que la Commission de l'UE, chargée des pourparlers, ne soit pas sûre de l'accord du peuple du Sahara Occidental, le gouvernement marocain semble avoir trouvé un moyen de transformer cet obstacle en "opportunité",  selon les médias marocains d'"accorder au Maroc l'opportunité de placer les élus locaux, les députés et les conseillers de la province en tant que représentants des habitants".

Western Sahara Resource Watch prévient qu'il s'agit d'une approche hautement problématique et illégale.

"La Cour a clairement édicté que pour tout accord visant à affecter juridiquement le territoire du Sahara Occidental, il faut le consentement du peuple du territoire, et non de la population du territoire - ce sont deux notions différentes", explique Davide Contini de Western Sahara Resource Watch.

Il souligne qu'il n'est aucune mention de la population du Sahara Occidental dans le jugement de la cour.

"Le fait que le Maroc cherche à obscurcir ces deux concepts est inacceptable, mais pas du tout surprenant. Nous espérons que l'UE soutiendra les principes fondamentaux du droit international et choisira de respecter la décision de la CJUE. Négocier avec le Maroc ou avec les institutions marocaines sur le territoire du Sahara Occidental est illégal et constitue un obstacle au processus de paix de l'ONU. Cela crée ainsi un précédent dangereux pour l'UE qui pourra négocier des accords commerciaux similaires avec les institutions russes en Crimée ou les organes israéliens dans les colonies illégales, avec référence aux populations russes ou israéliennes", a déclaré M. Contini.

    
Actualités:

10.11 - 2017 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
03.11 - 2017 / 03.11 - 2017L'énergie éolienne marocaine au Sahara Occidental occupé passerait 40%
02.11 - 2017 / 02.11 - 2017Jytte Guteland : une des 5 eurodéputés expulsés du Sahara Occidental
02.11 - 2017 / 02.11 - 2017Une Cie britannique construit un parc éolien au Sahara occupé
30.10 - 2017 / 30.10 - 2017Une nouvelle étude Kosmos sur le potentiel pétrolier près de Dakhla ?
29.10 - 2017 / 25.10 - 2017Le PE approuve l'accord aérien UE-Maroc incluant le Sahara Occidental
29.10 - 2017 / 29.10 - 2017Négociations commerciales UE-Maroc : remplacer Sahraouis par Marocains
24.10 - 2017 / 24.10 - 2017Vote sur l'accord aérien UE-Maroc, couvrant le Sahara Occidental
13.10 - 2017 / 13.10 - 2017Wärtsilä va construire une centrale électrique au Sahara Occidental
09.10 - 2017 / 09.10 - 2017Le Maroc annonce plus 500% de zone agricole à Dakhla occupée
03.10 - 2017 / 03.10 - 2017L'UE semble ignorante des niveaux d'importation du Sahara Occidental
02.10 - 2017 / 02.10 - 2017Rapport WSRW : la Suède doit conseiller ses entreprises sur le Sahara
07.09 - 2017 / 07.09 - 2017Les groupes sahraouis contrent l'UE sur les négociations avec le Maroc
19.07 - 2017 / 19.07 - 2017Un tribunal civil suit un militaire contre des militants sahraouis
14.07 - 2017 / 14.07 - 2017Le Sahara Occidental gagne le cas du cargo en Afrique du Sud
14.07 - 2017 / 05.07 - 2017Stop aux négociations commerciales UE-Maroc sur le Sahara Occidental!
14.07 - 2017 / 14.07 - 2017Siemens est inconstant dans son soutien aux occupations militaires
06.07 - 2017 / 06.07 - 2017Le solaire du Sahara Occidental opérationnel en 2018
03.07 - 2017 / 03.07 - 2017La chine intéressée par la recherche pétrolière au Sahara Occidental ?
03.07 - 2017 / 03.07 - 2017Le Dura Bulk décharge le sable sahraoui à Tenerife
22.06 - 2017 / 22.06 - 2017Le Polisario aux Cies maritimes : d'autres arraisonnements à venir
20.06 - 2017 / 20.06 - 2017La Cie maritime de l'Ile de Man sort le Sahara Occidental
16.06 - 2017 / 16.06 - 2017Nouveau rapport : les Cies qui transportent le minerai du conflit
15.06 - 2017 / 15.06 - 2017Les Sahraouis gagnent le 1er tour dans le dossier judiciaire
15.06 - 2017 / 15.06 - 2017Les Wisby continuent à alimenter l'occupation du Sahara Occidental
12.06 - 2017 / 12.06 - 2017Une banque suédoise exclut l'industrie des phosphates sahraouis
06.06 - 2017 / 06.06 - 201715 questions à Atlas Copco : zéro réponse
04.06 - 2017 / 04.06 - 2017Le gouvernement marocain confirme la sortie de Glencore de Foum Ognit
02.06 - 2017 / 02.06 - 2017Ballance : une cargaison controversée pour remplacer le navire retenu
30.05 - 2017 / 30.05 - 2017Le Pacte mondial élimine l'affaire Vigeo Eiris de son propre fait




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi