Vigeo Eiris se trompe sur l'évaluation UN des droits de l'homme
acwa_30.11.2016_609.jpg

L'entreprise qui a certifié l'infrastructure énergétique dans le Sahara Occidental occupé, affirme qu'un organisme des Nations Unies a conclu que l'entreprise ne violait pas les droits de l'homme.
Imprimez cette page    
Ci-dessus : Les Sahraouis manifestent contre les projets énergétiques saoudiens au Sahara Occidental, certifiés par Vigeo Eiris pour les obligations vertes.

La saga de Vigeo Eiris - compagnie de certification qui affirme que le Sahara Occidental fait partie du Maroc - se poursuit. Maintenant, elle affirme que le Pacte Mondial des Nations Unies a qualifié ses opérations de respectueuses des principes du Pacte Mondial.

En 2016, la compagnie maroco-franco-britannique Vigeo Eiris a certifié un projet énergétique saoudien au Sahara Occidental occupé, sans demander le consentement des représentants du territoire. Western Sahara Resource Watch (WSRW), a trouvé l'implication de l'entreprise plutôt ironique, car le modèle économique de Vigeo Eiris est de conseiller et de sélectionner d'autres entreprises sur la responsabilité sociale et les droits de l'homme. Le principal propriétaire de la société EIRIS Foundation gère même une base de données sur les entreprises opérant dans d'autres territoires occupés. Le Maroc occupe illégalement une grande partie du Sahara Occidental depuis 1975.

Rdv ici pour connaitre Vigeo Eiris et sa position dans la défense de l'occupation marocaine du Sahara Occidental.

Néanmoins, Vigeo Eiris a refusé de répondre aux questions de Western Sahara Resource Watch (WSRW) à ce sujet. Au lieu de cela, il a défendu sa pratique. Son site web présente encore le Sahara Occidental comme faisant partie du Maroc.

Vigeo Eiris adhère depuis 2005 au Pacte Mondial. En conséquence de la non-réponse de Vigeo Eiris, WSRW a demandé l'aide du Pacte Mondial pour la médiation, afin d'obtenir des réponses.

"WSRW a fait campagne et a appelé le bureau du Pacte mondial des Nations Unies à New York pour la médiation. Vigeo Eiris n'a pas été reconnu coupable d'avoir enfreint l'un des 10 Principes du Pacte Mondial des Nations Unies », affirme l'entreprise dans son rapport annuel au Pacte Mondial des Nations Unies. Le rapport a été publié le 15 janvier 2018.

Cependant, cela ne peut être vrai.

Le Pacte Mondial des Nations Unies n'évalue jamais si les entreprises se conforment ou non aux 10 principes auxquels elles sont censées adhérer. Le Pacte mondial des Nations Unies précise qu'il "ne juge pas les performances" des entreprises participantes. Il souligne qu'"Il n’est pas – et ne vise pas à être – une instance d’homologation.". En ce qui concerne le cas particulier de la médiation de Vigeo Eiris-WSRW, le Pacte Mondial a déclaré qu'il n'avait "en aucune façon" fait "un jugement sur le fond des préoccupations soulevées".

Il semble que Vigeo Eiris a pu mal comprendre la nature et le mandat du Pacte Mondial.

Voila ce que Vigeo Eiris a rapporté à l'UNGC pour 2018
"De novembre 2016 à mars 2017, Vigeo Eiris a reçu des lettres de protestation de Western Sahara Resource Watch (WSRW), concernant le deuxième avis donné à une obligation verte émise par la Masen, l'Agence marocaine pour l'énergie durable en novembre 2016.
WSRW a considéré que les projets solaires et verts développés par la Masen dans la partie occidentale du Sahara étaient de "nature illégale" et constituaient une "violation du droit du peuple sahraoui".
Vigeo Eiris a répondu publiquement à WSRW par 3 lettres expliquant notre position et pourquoi nous croyons qu'il n'y avait aucune raison de retirer ou de modifier notre évaluation. WSRW a fait campagne et a appelé le bureau du Pacte Mondial de l'ONU à New York pour la médiation. Il n'a pas été constaté que Vigeo Eiris ait enfreint l'un des 10 Principes du Pacte Mondial des Nations Unies.
Toute notre correspondance a été rendue publique et est disponible sur le site Web du Centre de ressources pour les entreprises et les droits de l'homme."
La seule exigence pour l'adhésion à l'initiative, en plus de communiquer avec les parties prenantes, est le mécanisme annuel d'auto-déclaration, dans lequel les entreprises rendent compte de leur engagement envers les principes. C'est dans ce document, appelé Communication sur le progrès (CoP), que Vigeo Eiris a affirmé que l'initiative de l'ONU avait conclu sur la conformité de l'entreprise avec les principes du Pacte Mondial.

La question de la médiation n'était pas de savoir si Vigeo Eiris respectait ou non les principes, mais simplement de faire réagir l'entreprise aux lettres de WSRW.

WSRW a envoyé aujourd'hui une lettre au Pacte Mondial des Nations Unies pour savoir s'il demandera à Vigeo Eiris de rectifier la référence au nom du Pacte Mondial faite dans le rapport sur la Communication - qui est actuellement affiché sur le site du Pacte Mondial lui-même. Le rapport Vigeo Eiris peut également être téléchargé ici.

Le Pacte Mondial a initialement ouvert une médiation entre WSRW et Vigeo Eiris le 16 mars 2017, mais a annoncé le 22 mai 2017 qu'il ne serait plus médiateur. Le 1er juin 2017, WSRW a posé des questions au Pacte mondial des Nations Unies sur les raisons de la fin du processus de dialogue. WSRW attend une réponse.

Au cours de l'année écoulée, plusieurs développements juridiques ont confirmé la violation de l'autodétermination lors de la conclusion d'accords commerciaux avec le Maroc pour le Sahara Occidental voisin.

Le 10 janvier 2018, l'avocat général de la Cour de justice de l'UE a souligné que le droit international humanitaire est applicable au conflit, car il définit le Sahara Occidental sous occupation étrangère partielle par le Maroc. L'Avocat général a en outre souligné que le droit à l'autodétermination est une obligation erga omnes et un droit de l'homme, et que les représentants du peuple du Sahara Occidental doivent donner leur consentement pour des accords relatifs au territoire.

Le Polisario, mouvement de libération du Sahara occidental, a déjà engagé des procédures judiciaires devant les tribunaux nationaux contre des entreprises opérant au Sahara Occidental.

Les développements juridiques montrent que les accords étrangers au Sahara Occidental violent le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui, si le représentant du peuple n'a pas donné son consentement. Cela correspond à ce que WSRW a communiqué à Vigeo Eiris.

Vigeo Eiris affirme dans sa communication sur le progrès avoir "répondu publiquement à WSRW". Ce n'est pas correct. Une seule lettre a été envoyée de Vigeo Eiris à WSRW, datée du 19 décembre 2016. D'autres lettres, envoyées au centre Business & Human Rights (et non à WSRW), ne sont pas adressées à WSRW et ne répondent pas aux questions envoyées par WSRW . Les lettres envoyées de WSRW à Vigeo Eiris le 14 février 2017 et le 3 mars 2017 n'ont jamais reçu de réponse, et les questions demeurent valides.

Puisque vous êtes là ...
Le travail de WSRW est lu et utilisé plus que jamais, et notre situation financière est difficile. Notre travail prend du temps, du dévouement et de la rigueur. Nous le faisons parce que nous croyons que c'est important - et nous espérons que vous participerez aussi. Vous qui lisez notre site ou nous aimez sur Facebook, si vous contribuez à notre travail - par 3, 5, 27€ ... ce que vous pouvez - l'avenir de WSRW sera beaucoup plus sûr. Ici vous pouvez faire un don à WSRW en moins d'une minute..

    

Haut de page
Actualités:

06.07 - 2018 / 06.07 - 2018Le PE soutient l'autodétermination - scission sur l’arrêt de la CJUE
05.07 - 2018 / 05.07 - 2018Berlin sceptique - trompé par la Commission européenne
04.07 - 2018 / 04.07 - 2018Les Sahraouis contre les plans commerciaux de l'UE pour le Sahara
04.07 - 2018 / 04.07 - 2018C'est ainsi que la Commission européenne viole la décision de la CJUE
04.07 - 2018 / 04.07 - 2018Le Maroc exige deux fois plus d'argent pour la pêche de l'UE au Sahara
04.07 - 2018 / 04.07 - 2018Le PE critique l'approche de la Commission au Sahara Occidental
28.06 - 2018 / 28.06 - 2018Maersk lâche les transports du minerai litigieux du Sahara occupé
28.06 - 2018 / 28.06 - 2018Nouvelle action en justice Polisario contre accord de pêche UE-Maroc
28.06 - 2018 / 28.06 - 2018Polisario / Conseil UE devant la Cour : accord aérien avec le Maroc
28.06 - 2018 / 28.06 - 2018Nouveau livre sur le pillage du Sahara Occidental
25.06 - 2018 / 19.08 - 2013Soutenez Western Sahara Resource Watch
17.06 - 2018 / 17.06 - 2018La CE trompe les États de l'UE sur les échanges avec le Polisario
16.06 - 2018 / 16.06 - 2018Ici, la Commission européenne ment sur WSRW - et 93 autres groupes
11.06 - 2018 / 11.06 - 2018Comment la Commission veut traiter le commerce du Sahara Occidental
11.06 - 2018 / 11.06 - 2018Manifestation des Sahraouis devant la Commission européenne
03.06 - 2018 / 03.06 - 2018Des investisseurs black-listent Nutrien du fait du Sahara Occidental
26.05 - 2018 / 26.05 - 2018Exclusif : les groupes marocains consultés par l'UE
26.05 - 2018 / 26.05 - 2018La Commission européenne ferme les yeux sur l'arrêt Sahara Occidental
03.05 - 2018 / 03.05 - 2018Chameaux : les chercheurs se déplacent du Sahara Occidental au Maroc
24.04 - 2018 / 24.04 - 2018Nouveau rapport : le contentieux du phosphate au Sahara Occidental
18.04 - 2018 / 18.04 - 2018Fin de la vente aux enchères de la saisie de phosphate du Sahara
18.04 - 2018 / 18.04 - 2018Accord de pêche : le Polisario saisira la justice contre le Conseil UE
18.04 - 2018 / 18.04 - 2018L'UE négociera l'accord de pêche avec le Maroc, Sahara inclus
15.04 - 2018 / 15.04 - 2018Triche sur les bailleurs de la conférence chameau au Sahara occupé
15.04 - 2018 / 15.04 - 2018Une étude ONU projets énergie verte du Maroc mauvaise en géographie
30.03 - 2018 / 30.03 - 2018UE et la reconnaissance
21.03 - 2018 / 21.03 - 2018La Commission européenne veut pêcher au Sahara Occidental
21.03 - 2018 / 21.03 - 2018L'OPEP considère-t-elle le Sahara Occidental comme partie du Maroc ?
10.03 - 2018 / 10.03 - 2018Kosmos Energy maintient la propagande après sa sortie du Sahara
03.03 - 2018 / 03.03 - 2018Confirmé : Innophos, client clé du phosphate de Sahara Occidental




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Pour les nuls: affaires judiciaires de l'UE sur le Sahara Occidental

tn_law_hammer.jpg

Il n'est pas facile de suivre toutes les différentes procédures judiciaires relatives au Sahara Occidental. Par souci de clarté, voici un aperçu des trois cas à la Cour de justice de l'Union européenne.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi