L’étude San Leon / PetroMaroc retardée et pénalisée
novaseis_610.jpg

L'étude San Leon Energy / PetroMaroc sur le bloc Zag au Sahara Occidental occupé est retardée et ses partenaires sont pénalisés par les autorités marocaines. L'avenir de PetroMaroc est suspendu à un fil.
Mis à jour le: 19.08 - 2016 23:48Imprimez cette page    
Photo ci-dessus : L'image est très probablement celle de l'étude sismique Petromaroc - San Leon sur le bloc Zag en 2011-2012.

Les deux partenaires San Leon Energy et PetroMaroc ne fonctionnent pas aussi rapidement sur le bloc Zag qu’ils l'avaient prévu. Dans son état financier consolidé au 31 décembre 2015, PetroMaroc écrit que les deux partenaires ont été sanctionnés par le ministère marocain de l’Énergie et des Mines pour n’avoir pas tenu leurs engagements.

Une grande partie de la licence Zag est situé sur le territoire sous occupation marocaine. L'ONU a déclaré que toute recherche pétrolière dans le Sahara occidental ne peut se faire qu’après avoir demandé le consentement du peuple du territoire - quelque chose que ni San Leon ni PetroMaroc n’ont essayé de faire. En attendant, ils ne tiennent pas le calendrier que le Maroc attendait.

"La Compagnie a comptabilisé 1,2 million de dollars de coûts de pénalité en fonction de son intérêt dans la joint-venture parce que la joint-venture n'a pas respecté les engagements minimums de travail requis par la licence. L'exploitant a été avisé de la même pénalité", écrit PetroMaroc dans le rapport.

En fait, l'état financier démontre de sérieuses préoccupations au sujet de l'avenir de la société.

L'auditeur, Deloitte, a souligné qu'il existe un «doute important sur la capacité de PetroMaroc Corporation plc à continuer."

La compagnie elle-même note que « des fonds supplémentaires seront nécessaires afin de financer à court terme, à moyen terme et à long terme d'exploration et d'évaluation du programme cependant, il n'y a aucune certitude que ces financements seront obtenus à des conditions acceptables pour la gestion. Cette incertitude jette un doute important et matériel sur la capacité de la Compagnie à poursuivre ».

PetroMaroc, qui est une compagnie enregistrée au Canada et Jersey, a écrit au sujet de son partenariat avec l'opérateur San Leon qu'il est «engagé selon sa part dans de nouvelles études géophysiques et dans le forage d'un puits d'exploration, sous réserve de recevoir et d'approuver une proposition satisfaisante de l'opérateur, selon les termes de la première période d'extension. Suite au non respect de l'engagement minimum de travail par la joint-venture lors de la première période de prolongation, une prolongation de douze mois à la première période de prolongation a été approuvée par la joint-venture, à mai 2016. Au cours de la prolongation de douze mois, la Compagnie a continué à rechercher d'un commun accord une proposition technique, commerciale et financière pour réduire son exposition financière dans la mesure du possible. Cette extension reste soumise à l'approbation des partenaires de la joint-venture et du ministère de l’Énergie et des Mines ».

Au vu de l'état financier, il semble que les autres opérations de la société dépendent de la finalisation de l’accord achat vente que PetroMaroc à signé avec Sound Energy plc pour les licences onshore Sidi Moktar de PetroMaroc. Cet accord est soumis à un certain nombre de conditions, y compris les autorisations du Maroc et de la Bourse TSX au Canada.

«La capacité de PetroMaroc à respecter ces engagements et à rembourser les obligations  garanties [...] et prêt non garanti [...] dépend de la mobilisation de fonds supplémentaires par l'émission d'actions ou de titres de créance, ou par une cession partielle de ses intérêts avec un partenaire » , est il noté.

En cas de vente, PetroMaroc conserverait encore un certain intérêt dans le développement du terrain Sidi Moktar.

Les administrateurs de PetroMaroc, en licence dans le territoire occupé, sont les suivants :
Nicholas Brigstocke, citoyen britannique né le 25 Juin 1942, nommé en 2013
Donald Campbell Deacon, citoyen canadien né le 30 Mars 1948, cdeacon@petromaroc.co, nommé en 2010
Dennis Sharp, né le 12 avril 1937, citoyen canadien né le 12 avril 1937, nommé en 2012
Thomas Richard Vukovich, né le 10 septembre 1948, citoyen canadien, nommé en 2012
Benjamin Yi, né le 8 Mars 1982, citoyen canadien, nommé en 2013.

PetroMaroc a été propriétaire de la licence Tarfaya avec San Leon. PetroMaroc a vendu sa part à San Leon en 2014.

    

Haut de page

Archives:
14.01 - 2017Key Bay se dirige maintenant vers Las Palmas
07.01 - 2017Nouvelles photos : le Key Bay à l'intérieur du port
06.01 - 2017Voici le navire qui transportera de l'huile de poisson vers l'UE
06.01 - 2017Un 1er navire conteste la décision de la Cour européenne sur le Sahara
04.01 - 2017Le Chinois Geron Energy voudrait le contrôle d'un bloc au Sahara
01.01 - 2017Un bureau de l'OCDE demande à Kosmos Energy de le citer correctement




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi