Immolation d'un capitaine marocain à Dakhla
Le capitaine d'un navire qui protestait depuis de nombreux mois contre la corruption dans l'industrie de la pêche à Dakhla a, le 30 mars, mis sa menace d'auto-immolation à exécution.
Mis à jour le: 12.04 - 2017 17:06Imprimez cette page    
Un marocain de la région du Rif, dans le nord du Maroc, avait commandé dans les eaux du Sahara Occidental, un bateau de pêche qui arrivait à la fin de ses jours. L'été dernier, le navire avait coulé.

Au cours de l'année suivante, les éléments se sont compliqués et le capitaine aurait déclaré avoir été obligé de mentir sur les conditions dans lesquelles le petit navire avait coulé.

Ces derniers mois, le capitaine a effectué un sit-in au bureau de Dakhla du ministère des Pêches, mais sans suite.

Enfin, de frustration et en protestation contre le système corrompu dans le secteur, il a fini par s'immoler le 30 mars. Il est mort des suites des brûlures le lendemain à l'hôpital de Rabat. Il a été transféré à la capitale marocaine grâce à une récolte faite parmi les amis qui tentait de sauver sa vie.

Des images et des vidéos de l'auto-immolation et des blessures circulent sur les réseaux sociaux depuis l'incident.

La femme du capitaine a confirmé en ligne les histoires de corruption, d'injustice, de menaces et de falsification de documents officiels, y compris sur l'enregistrement des captures à bord du navire. Elle a affirmé que seulement la moitié des prises de pêche seraient enregistrées.

Dans sa ville natale des manifestations ont suivi sa mort, écho à l'auto-immolation de Bouazizi, le titulaire du marché tunisien qui avait déclenché le "printemps arabe". Écho aussi à la mort en octobre dernier à Al Hoceima d'un marchand de poissons, écrasé à mort dans un camion a ordures en essayant de sauver l'espadon confisqué qu'il venait d'acheter. Al Hoceima une autre ville de la région la plus insubordonnée du Maroc, le Rif.

L'association sahraouie pour le suivi des ressources naturelles et de la protection de l'environnement a publié ses condoléances à la famille du défunt, ainsi qu'une déclaration listant les demandes suivantes :
- l'ouverture d'une enquête urgente sur le cas de l'auto-immolation, y compris les détails du naufrage du navire et des prises du navire
- une enquête internationale sur toutes les activités des entreprises présentes dans la zone en violation flagrante du droit international
- la création par les Nations Unies d'un mécanisme international de suivi et supervision du dossier des ressources naturelles du Sahara Occidental, dans l'attente d'une solution politique sur le statut du territoire non autonome.

WSRW a, à plusieurs reprises dans le passé, documenté la mauvaise gestion environnementale des stocks dans les eaux occupées. Le Maroc occupe le Sahara occidental depuis 1975.

    

Archives:
27.04 - 2017Domino de régions espagnoles contre le commerce avec le Sahara
27.04 - 2017La cargaison de sel du Sahara Occidental occupé est aux Pays-Bas
26.04 - 2017Les Sahraouis au chômage installent un camp de protestation au Sahara
26.04 - 2017San Leon en pause au Sahara occidental occupé pour cause de sécurité
24.04 - 2017Nouveau rapport : le commerce mondial des phosphates du Sahara occupé
24.04 - 2017Vigeo Eiris affirme que le consentement sahraoui n'est pas nécessaire
24.04 - 2017L'étude pétrolière Kosmos/Cairn dans les eaux occupées est terminée
12.04 - 2017Agrium cherche d'autres sources que le Sahara Occidental
12.04 - 2017Immolation d'un capitaine marocain à Dakhla
07.04 - 2017FMC Corp confirme son abandon des phosphates du Sahara Occidental




EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Polémique à la COP22 - L'énergie verte marocaine utilisée pour piller

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

À la COP22, faites attention à ce que vous lirez sur les efforts du Maroc en matière d'énergie renouvelable. Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.
Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Le 17 février 2013, dans une parodie de justice, un tribunal militaire marocain a condamné 25 citoyens sahraouis à des peines de prison incroyablement lourdes. Aidez à libérer les 25 de Gdeim Izik.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi