Une compagnie maritime s'excuse pour un chargement
radiance_610.jpg

La compagnie maritime norvégienne R-Bulk s'excuse de ce qu'un de ses navires ait transporté des phosphates du Sahara Occidental et explique qu'elle fera l'impossible pour empêcher que cela ne se reproduise. La compagnie est félicitée pour son attitude sociale et économique responsable.
Mis à jour le: 09.06 - 2008 17:20Imprimez cette page    
Photo: Stan Muller/Shipspotting.com

Vendredi 30, on a appris que la compagnie maritime norvégienne R-Bulk a été impliquée en transportant 15,000 tonnes de phosphates du Sahara Occidental occupé, vers la Colombie. Le chargement a été fait sur le navire « Radiance » au milieu du mois d'avril.

Il est également possible qu'une compagnie partiellement possédée par le gouvernement de Chavez au Venezuela ait reçu une cargaison presque aussi importante que le chargement du « Radiance » peu de jours auparavant.

L'affaire a été révélée dans une lettre ouverte à la compagnie, signée par l'un des plus grands syndicats de la Norvège, Industry Energy, ainsi que par l’organisation internationale de recherche Western Sahara Resource Watch, et le Comité Norvégien de Soutien au Sahara Occidental vendredi.

Vendredi 30 juin R-Bulk a fait des excuses aux médias nationaux norvégiens regrettant que leur navire ait fait un tel transport, soulignant qu'elle n’est que propriétaire du navire, et affirmant que la gestion quotidienne du navire est faite par une compagnie maritime japonaise.

R-Bulk a indiqué, cependant, qu'elle était désolée, et qu’elle ferait tout son possible pour empêcher que cela ne se reproduise.

Non-éthique
L'industrie des phosphates au Sahara Occidental occupé - ainsi que les importations et l'expédition du phosphate naturel - est en violation du droit international. Elle offre en outre un signe de légitimation de la brutale occupation marocaine, au mépris des souhaits et intérêts du peuple sahraoui.

"Le chargement de phosphate de R-Bulk ne sert que l'intérêt du Maroc, occupant illégal, et tend clairement à légitimer l’occupation illégale du territoire par le Maroc. Ce genre d'appui rend le Maroc moins enclin à chercher une solution à l’occupation, et rend cette tactique qui consiste à gagner du temps pour profiter de la situation existante très favorable", selon la lettre.

Les organismes ont demandé à R-Bulk de publier un rapport qui indique que ses navires ne sont plus autorisés à charger du phosphate du Sahara Occidental occupé.

Au cours du programme de la radio norvégienne NRK vendredi soir, la compagnie a affirmé qu'elle avait déjà soulevé la question avec l’affréteur japonais Sanko Line, le matin même.

"Nous avons naturellement soulevé cette question avec la compagnie maritime qui a affrété le navire, afin qu'elle puisse faire l'impossible pour empêcher ceci de se produire à l'avenir ", Président de R-Bulk, Christian Gerhardt Sundt, dit à NRK.

Selon l'agence d’informations norvégienne (NTB), la compagnie japonaise a loué le Radiance de 2002 à 2016.

"Je suis sûr que l'affréteur suivra ce conseil qui s’appuie sur des recommandations internationales", a dit le propriétaire norvégien du bateau à la NTB.

Comportement économique éthique
Le président du Comité norvégien de Soutien au Sahara Occidental, Ronny Hansen a dit à NRK que le rapport de R-Bulk est louable.

"La compagnie maritime a montré une grande responsabilité. Elle a fait des excuses, et maintenant elle essaie d'empêcher que cela ne se reproduise. Beaucoup de compagnies peuvent suivre leur exemple ", dit Hansen. Comme exemple, il a mentionné les compagnies norvégiennes telles que la compagnie Sjøvik - une compagnie de pêche qui pêche dans les eaux occupées.

Hansen a souligné que la position du gouvernement norvégien, déconseillant aux compagnies de s’engager au Sahara oOccidental, montre de bonnes intentions, mais que beaucoup de compagnies ont choisi d'ignorer la politique du gouvernement norvégien.

"Par conséquent nous sentons que le moment est venu de commencer à envisager un embargo explicite sur le commerce des marchandises venant du Sahara Occidental, et des investissements qui y sont faits au profit du Maroc ", a-t-il indiqué.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi