Des entreprises canariennes acquièrent illégalement du sable du Sahara
granintra_front.jpg

Une grande partie de plus des 500,000 tonnes de sable qu’exporte le Maroc en Espagne provient du Sahara Occidental. La plus grosse part de ce sable sahraoui s’arrête aux Îles Canaries, où des entreprises comme Granintra les utilisent dans le secteur de la construction.
Mis à jour le: 09.06 - 2008 22:29Imprimez cette page    
L'exploitation de graviers est le sous-secteur minier non énergétique le plus important quant à la production et la valeur de la production. C’est un fait bien connu au Maroc.

Ainsi, la vente illégale de sable sahraouis une source importante de revenus pour des entrepreneurs marocains sans scrupules, certains d'entre eux associés aux coupoles du pouvoir de la puissance occupante.




                          Chargement de sable dans le port d'El Aaiun

Quelques entreprises canariennes n'ont pas non plus le moindre scrupule et agissent d'une manière illégale et éthiquement réprouvable, en bénéficiant de ces activités illégales.

La section canarienne de Western Sahara Resource Watch a réalisé une investigation au sujet des activités relatives à l'achat de sable originaire du Sahara Occidental. Les conclusions de cette investigation sont publiées dans un rapport que vous pouvez consulter et télécharger à la fin de cet article.

Le transport de sable du port de L'Aaiun vers les ports canariens est continu.
Des bateaux sablières, comme l'Oak ou le Trio Vega, d’une capacité de charge de plus de 1300 tonnes, déchargent le sable sahraoui dans les magasins des entreprises Projet Dover S. L. (Tenerife) et Granintra S. A. (Las Palmas).








Le rapport émis par WSRW ne laisse pas de place au doute sur la responsabilité des entreprises canariennes dans la spoliation des ressources naturelles.

De la même manière, la « Mesa de los Áridos », créée par le Gouvernement Canarien, a la responsabilité de participer activement à la dénonciation des faits, en exigeant la paralysie immédiate de ces activités illégales.

Cliquez ici pour télécharger le rapport  (en espagnol).

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi