Greenpeace arrête des pirates dans le port suédois de Gothenburg
Communiqué de presse, Greenpeace Suède - Greenpeace bloque un vaisseau pirate suédois qui pêche illégalement dans les eaux du Sahara Occidental. 20 activistes de Greenpeace empêchent le Nordic IV de quitter le port de Fiskebäck en bloquant le quai et par des activistes en bateau pneumatique.
Mis à jour le: 13.06 - 2008 12:01Imprimez cette page    
Communiqué de presse.
Greenpeace, 11 Juin 2008

Le navire de pêche Nordic IV est juste l’un des grands chalutiers industriels qui surpêchent dans les eaux de l’Afrique et appauvrissent là les réserves en poissons. Greenpeace demande que le bateau et son propriétaire soient retenus, poursuivis et punis.

« Ce sont réellement des pirates dont nous nous occupons ici », dit Staffan Danielsson, porte-parole aux affaires maritimes pour Greenpeace dans le site de Fiskebäck.
Ils pêchent illégalement et leur surpêche détruit non seulement l’environnement marin mais aussi la vie des populations locales qui perdent les opportunités de travail et de nourriture.

Comme la flotte de peche de l’UE est deux fois plus importante qu’elle devrait l’être, et que 88% des poissons stokes par l’UE sont surpêchés, l’UE a recours à un accord avec pays tiers, par exemple avec le Maroc, pour exporter les excédents de la flottille de pêche. Les contribuables de l’UE payent des subventions pour que cette surpêche en eaux africaines continue. Néanmoins le Nordic IV n’avait pas la permission du « Swedish Board of Fisheries », ni de l’UE et pêche donc illégalement. Le Nordic IV a été signalé à la police par le « Swedish Board of Fisheries » et une investigation est en cours.

Le Nordic IV porte le drapeau des Îles Cook dans le Pacifique et sa propriété est cachée dans le paradis fiscal de Guernesey dans la Manche. Sans tenir compte de la manière dont les propriétaires suédois ont effacé leur piste sur le papier, ils laissent des pistes très claires dans la mer et aident à prolonger le conflit armé au Sahara Occidental, dit Staffan Danielsson.

Greenpeace demande que le bateau et son propriétaire soient retenus, poursuivis et punis.

Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc et le conflit ensanglanté dure depuis 1975. La Suède comme membre de l’ONU et de l'UE a protesté contre l'occupation et a voté contre l'accord de pêche que l'UE et le Maroc ont signé en 2005. Le Nordic IV a signé un accord de son propre chef avec le Maroc.

« Le Nordic IV surpêchant dans la région contribue à ce que l'occupation du Sahara Occidental perdure », dit Staffan Danielsson. C'est, donc, une question de crimes multiples ici, tant juridiquement que moralement. En plus de toute l'exploitation des ressources marines, ils soutiennent aussi un pouvoir occupant. La population locale ne reçoit rien des profits de la pêche.

La gestion des ressources en poisson dans l'UE et globalement a sombré, en partie en raison du braconnage et en partie à cause de l'incapacité de politiciens de s'occuper de la surcapacité des flottes. En Suède les efforts sont maintenant faits pour abandonner la moitié de la flotte de chalutiers, en partie avec l'argent d'UE. Des tentatives précédentes avaient échoué lamentablement.

Avant la réforme de la politique commune de pêche de l'UE de 2012, Greenpeace demande que :
- la surcapacité dans les flottilles de pêche disparaisse,
- les accords de pays tiers soient complètement réécrits pour qu'ils aident avant tout à la construction de pêcheries crédibles et indépendantes et à rechercher équipement et gestion dans les pays partenaires avant que n'importe quel poisson ne soit apporté à l'UE,
- que toute pêche soit menée conformément au principe d'Écosystèmes, parce que le poisson soit aussi une partie essentielle de l'environnement marin et non seulement un produit,
- que de grandes réserves maritimes soient créés pour que les stocks de poissons et l'environnement marin puissent se rétablir,
- que les subventions à la pêche industrielle disparaissent,
- que le braconnage soit arrêté,
- que les méthodes de pêche non respectueuses de l'environnement telle que les dragueurs de fond soient interdites.

Une enquête contre le Nordic IV est en cours à Gothenburg, sous la conduite du procureur James von Reis.

Traduit de suédois par le Western Sahara Resource Watch


    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi