29 parlementaires protestent contre les transports de phosphates
simge_askoy_610.jpg

29 parlementaires du Royaume-Uni, de la Norvège et de Nouvelle-Zélande ont ce matin envoyé une lettre à la compagnie maritime Gearbulk, demandant instamment à la compagnie d’arrêter les transports de phosphate du Sahara Occidental.
Mis à jour le: 24.06 - 2008 14:05Imprimez cette page    
29 parlementaires du Royaume-Uni, de la Norvège et de Nouvelle-Zélande ont le 20 juin 2008 envoyé une lettre à la compagnie maritime Gearbulk, demandant instamment à la compagnie d’arrêter les transports de phosphate du Sahara Occidental.

Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc depuis 1975. Tandis qu’une majorité de la population, les Sahraouis, vit dans des camps de réfugiés en Algérie, les compagnies marocaines de l’état pillent les richesses minérales du Sahara Occidental.

Gearbulk, une compagnie maritime basée au RU et possédée majoritairement par la Norvège participe au transport de fret controversé et contraire à l’éthique vers la Nouvelle-Zélande. Cette sorte de soutien rend le Maroc moins enclin à mettre en place une conclusion à l’occupation, et entraîne des délais tactiques destinés à profiter de cette situation existante plus intéressante. Lisez la version complète de la lettre ici (en anglais).

La lettre a été envoyée le jour même où un vaisseau de la compagnie Gearbulk arrive dans le port de Marsden Point (www.northport.co.nz) en Nouvelle-Zélande. Le navire, le 'Simge Aksoy' est affrété par Gearbulk.

L’embarquement de ces phosphates a attiré l’attention des médias durant les derniers mois, quand 3 compagnies maritimes ont annoncé leur regret d’avoir fait de tels chargements, et se sont engagés à ne plus les renouveler.

« Maintenant que nous comprenons le problème, nous ne traiterons plus aucune affaire dans ce secteur, » a déclaré le vice-président de la compagnie chinoise Jinhui Shipping au South China Morning Post le 11 mai 2008, après avoir découvert qu’ils avaient fait des chargements identiques, et vers des mêmes ports de Nouvelle-Zélande que ceux desservis par Gearbulk.

Cela vaut la peine de noter que le lettre a été envoyé la Journée Mondiale des Réfugiés. Les Sahraouis réfugiés qui ont eu à fuir leur pays du fait de l’occupation marocaine et de la ruée vers les richesses naturelles n’en retirent aucun profit.
Auparavant les Sahraouis et le mouvement mondial de solidarité ont appelé Gearbulk à montrer la responsabilité sociale de l’entreprise en mettant un terme à la collaboration avec l’occupant et en remettant le profit aux Sahraouis réfugiés.

Parmi les signataires de la lettre, sont le président, vice-président et le secrétaire du groupe parlementaire associé récemment créé sur le Sahara Occidental et plus de 25 personnes d’un fort groupe du parlement du RU.

Les représentants de la plupart des groupes politiques ont signé l’appel.

Pour d’avantages d’information/photos/vidéos sur les chargements de Gearbulk et les détails de l’arrivée du 'Simge Aksoy', voir www.wsrw.org/index.php?cat=105&art=743

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi