Nouvelle attaque contre des pêcheurs sahraouis à Dakhla
coches_quemados-peq.jpg

Moins de deux semaines après qu'une intervention de la police marocaine a brutalement mis fin à une manifestation de pêcheurs sahraouis, Dakhla est de nouveau la scène d’une violente attaque contre des citoyens sahraouis.
Mis à jour le: 10.08 - 2008 16:47Imprimez cette page    
Dans la soirée du 21 juillet 2008, des centaines de colons marocains, pour la plupart liés au secteur de la pêche, ont attaqué des pêcheurs sahraouis et des marchands de poissons dans la ville d'Itereft, à environ 100 kilomètres de la ville de Dakhla, au Sahara Occidental occupé.

Un rapport envoyé au service de communication sahraoui aux îles Canaries par El Mami Amar Salem, président du Comité de Dakhla contre la torture, déclare qu'environ 60 citoyens sahraouis ont été blessés, dont cinq d'entre eux gravement, tandis que deux personnes sont portées disparues.

Des témoins déclarent que des personnes ont été attaquées avec des couteaux, des bâtons, des bidons d’essence et même des haches. Plusieurs véhicules ont été brûlés. Des dizaines de personnes ont dû être hospitalisées. Aux cris et à l’émoi manifestés par les membres des familles des victimes a répondu la violence de la police, qui à son tour a entraîné d’autres blessures et arrestations.

Des faits similaires se sont plus tard répétés dans le quartier d'Um Tunfi. Les témoins disent que le commandant des forces de police n’était autre que Hariz Alarbi, le tortionnaire notoire, dont les activités actuellement sont suivies par le juge Baltasar Garzón de la Haute Court nationale espagnole.

Il y a deux semaines, neuf civils Sahraouis ont été blessés après que la police marocaine a réprimé une manifestation pacifique contre le pillage des ressources halieutiques du Sahara Occidental.

Environ 16 000 bateaux de pêche marocains opèrent dans la région de Dakhla et vendent leurs prises aux 137 entreprises de conditionnement de cette région.

Les observateurs croient que les atrocités commises contre des citoyens sahraouis ont pour but d'expulser les Sahraouis du secteur de la pêche, bien que l'ONU les considère comme étant " les seuls ayants droit à ces ressources halieutiques".






    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi