Calvo abandonne le Sahara Occidental
salida_calvo.jpg

Coïncidant avec la campagne initiée par Western Sahara Resource Watch, le groupe en conserverie espagnol a décidé de fermer ses installations du port de El Aaiun.
Mis à jour le: 13.10 - 2008 16:22Imprimez cette page    
L'entreprise espagnole Calvo est l'une des plus importantes conserveries de l'Espagne et le cinquième producteur mondial du secteur. Elle a commencé son activité productive dans El Aaiun en janvier 2005, ajoutant ainsi un nouveau site à ceux qu’elle avait déjà en Espagne, au Brésil et au Salvador.

Son activité principale était la production de conserves de sardine et maquereau provenant des eaux sahraouies, en plus d'un thon provenant de la Côte d'Ivoire. Sa fabrique dans le Sahara Occidental, avec une surface de 7.000 m2 et une capacité de 15.000 tonnes de poisson par an, employait autour de 400 travailleurs, et fonctionnait 24 h par jour à la chaîne d'emballage. En mai 2007, Calvo s'est associé avec l'entreprise marocaine OMP ("Omniun Marocain de Pêche") pour créer une nouvelle entreprise, l'OMP-Calvo, afin de fabriquer et de commercialiser des produits de pêche. Sa fabrique dans le Sahara Occidental, avec une surface de 7.000 m2 et une une capacité de 15.000 tendre d'un poisson par an, employait autour de 400 travailleurs, en fonctionnant 24 h du jour dans la chaîne d'emballé. En mai 2007, Calvo s'est associé avec l'entreprise marocaine OMP ("Omniun Marocain de Peche") pour créer une nouvelle entreprise, l'OMP-Calvo, afin de fabriquer et afin de commercialiser des produits de pêche.

On peut consulter plus d'information dans le Rapport sur le secteur de la conserverie de poisson au Maroc, publié en septembre 2007 par l'ICEX.

web_calvo.jpg

En mai de cette année, Western Sahara Resource Watch a commencé une campagne avec l'objectif de faire cesser au groupe des conserves Calvo toutes ses activités au Sahara Occidental. Voir la campagne réalisée ici.

En juin, WSRW contactait l'entreprise à travers son Directeur de Ressources humaines, M. Emilio Marcos, qui confirmait que Calvo fermait ses installations au Sahara Occidental. Les vaisseaux étaient exploités dans un régime de location à l'entreprise Sepomer, avec qui le contrat de location sera résilié une fois retirées toutes les machines de l’entreprise.

M. Marcos a indiqué à WSRW que les motifs qui les ont conduits à fermer leurs installations sont fondamentalement économiques. La coïncidence de la décision de Calvo avec la campagne commencée par Western Sahara Resource Watch fait penser que le dommage économique que peut subir la compagnie si elle continue dans les territoires occupés par le Maroc, est beaucoup plus grand que les bénéfices économiques qu'elle obtiendrait en maintenant ses activités dans la zone, puisque Western Sahara Resource Watch avait comme prévu élargi sa campagne d'information aux grandes surfaces, médias, mobilisation et manifestations à travers des agents sociaux, comme il l’avait déjà fait avec la campagne FMC Foret.

Les responsables de Calvo ont assuré WSRW qu'ils fermeront leurs installations à la fin de l’année, et qu'ils ne céderont pas les droits de l'exploitation à d'autres entreprises.

Cependant, Calvo ne va pas cesser toutes ses activités au Sahara Occidental. Nous sommes sûrs que le groupe des conserves maintient quelques employés, chargés de l'achat de sardine aux entreprises marocaines comme Dipromer et Iglofih pour ses fabriques du Brésil GOMES DA COSTA.

Selon Javier Gil, représentant de Calvo au Maroc, "La politique de Calvo est d'acquérir des produits à des entreprises tierces pour tous ses centres de production en fonction des conditions les plus favorables du marché ; cela peut inclure des entreprises établies au Sahara Occidental".

Il a aussi indiqué qu'ils ont mis fin aux relations contractuelles avec l'OPM ("Omniun Marocain de Pêche"), une entreprise marocaine avec qui ils ont signé un accord pour l'approvisionnement en poisson et qui continue d'être le fournisseur d'autres entreprises comme les espagnoles Jealsa (Riantxeira) et Europacífico Alimentos del Mar (un consortium espagnol formé par les entreprises chilienne Friosur, néo-zélandaise Sealord et japonaise Suisan)

WSRW applaudit la décision de Calvo de fermer ses installations dans El Aaiun, mais a informé l'entreprise de que "nous continuerons d'exiger  de Calvo la cessation d'absolument toutes ses activités relatives aux ressources naturelles sahraouies".

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi