Le lobby pro-marocain fait pression sur l’Union Européenne
cscsme.jpg

L’organisation marocaine CSCSME a rencontré des membres du cabinet de Benita Ferrero-Waldner dans une tentative désespérée de freiner la campagne initiée par WSRW, appuyée par 426 organisations du monde entier, qui exige de l’UE l’exclusion du Sahara Occidental de ses accords avec le Maroc.
Mis à jour le: 12.12 - 2008 19:08Imprimez cette page    
Comme le publie le Comité Spécial Chargé du Sahara Marocain en (CSCSME) dans sa page Web,  une délégation de cette organisation qui défend l’occupation illégale du Sahara Occidental par les marocains, a été reçu le 5 décembre 2008 à Bruxelles, dans le cabinet de Mm. Benita Ferrero-Waldner, Commissaire Européenne des relations extérieures et de la politique de voisinage.

Cette réunion, sollicité par le lobby pro-marocain, répond à la campagne qui a débutée début novembre, par laquelle Western Sahara Resource Watch a demandé le soutien d’organisations et de mouvements du monde entier pour adresser une pétition au Commissariat Européen exigeant l’exclusion du Sahara Occidental occupé par les marocains des possibles accords en cours d’approbation entre l’UE et le pays occupant, concrètement en relation avec la future signature du « statut avancé ».

La campagne initiée par WSRW a été massivement appuyée par 426 organisations du monde entier, telles que  Solidar, la fondation Rafto, UNPO (Organisation des nations et des peuples non-représentés), War on Want, COSATU (Syndicat sud-africain), USO (Unión Sindical Obrera, Espagne), le Parti Libéral Norvégien, le Parti Communiste sud-africain, l’Alliance des Socialistes australiens, l’association Survie (France), la Fédération des Jeunes Verts français et l’intergroupe du Parlement européen pour le Sahara Occidental.

Vous trouverez ci dessous l’article publié par le CSCSME :


08 décembre 2008
Communique de presse (CSCSME)
COMITE SPECIAL CHARGE DU SAHARA MAROCAIN EN EUROPE

Une délégation du Comité Spécial Chargé du Sahara Marocain en Europe (CSCSME) a été recu vendredi le 5 Décembre 2008 à Bruxelles, au cabinet de Madame Benita Ferrero-Waldner Commissaire Européenne aux relations extérieurs et la politique de la voisinage par Monsieur Manfredo Fanti Chef d’unité adjoint pour les pays du Maghreb et Monsieur V. Janssen Chargé des relations internationales .

Lors de cette entrevue, la délégation conduite par M.EL Hassan Benhammou, Président du CSCSME a récusé fortement la pétition signés par les activistes du Front Polisario soutenu par l’état algérien. Lors de cette entretien la délégation a dénoncé fort et bien toute tentative des ennemis de notre intégrité territorial d’exclure nos provinces du sud du statut avancé attribué par l’Union Européenne à notre pays le Maroc.

Outre cette dénonciation, la délégation du Comité a rappelé les risques d’une éventuelle balkanisation de la région du Maghreb qui ne favorisera, a t-il rajouté, que l’éclosion des groupes terroristes dans la région du Maghreb.

Monsieur Manfredo Fanti et Monsieur V. Janssen ont exprimés à vive voix que cette pétition ne concerne que son auteur sans engagement de personne. Les deux responsables européenne ont témoignés de la bonne coopération entre le Maroc et l’Union Européenne.

Le CSCME a fait savoir que le Maroc et à travers sa bonne politique de voisinage avec l’Europe, a montré une vraie capacité d’innover et de proposer comme étant un partenaire enthousiaste capable de moderniser ces institutions et de créer un vrai état de droit. L’attribution du statut avancé au Maroc par l’UE, a rajouté le Comité, est un témoignage de la bonne gouvernance et la transition démocratique que connaisse le Maroc depuis des décennies.

La délégation du Comité a appelé les signataires de la pétition à s’attacher à la sagesse dans l’action et à l’ingéniosité dans la défense de droits. La signature de la pétition est contre productive, c’est une sponsorisation des efforts algériens pour faire perdurer le sort des centaines de famille marocaines claustrées dans les camps de Tindoufs.

La délégation du Comité est composée de Messieurs : Hassan Benhammou, Cherkaoui ROUDANI, Amal Brahim et Saleh Laaber.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi