Plans onshore agressifs
onhym_map_610.jpg

Le Maroc semble avoir lancé un grand programme d’exploration onshore au Sahara Occidental.
Mis à jour le: 16.03 - 2009 21:29Imprimez cette page    
Alors que beaucoup d’attention a été portée sur un programme américain controversé d’exploration pétrolière offshore (en mer) du Sahara Occidental occupé, le Maroc effectue ce qui semble être un programme agressif d’exploration pétrolière onshore (à terre) du territoire.

Des compagnies irlandaises sont à la tête de ce qui constitue une violation du droit international et un soutien amoral à une occupation brutale.

La plus connue des zones de terre est celle dite « Zag Block » dans la partie nord-est du territoire. Le contrat de reconnaissance a été donné à la compagnie irlandaise Island Oil and Gas ainsi qu’à la San Leon et à Longreach (ancien GB Oil) en 2006. Le bloc couvre la ville de Smara et des parties du territoire qui sont sous le contrôle actuel de la République Arabe Sahraouie Démocratique.

onhym_map_350.jpgCe qui est moins connu, c’est que le même groupe de société a aussi 4 blocs dans la zone de El Aaiun. El Aaiun est la capitale du pays occupé. La superficie est marquée des numéros 154, 155, 156 et 157 sur la carte à droite. La carte est issue de l’ONHYM, compagnie pétrolière de l’état marocain du 17 décembre 2008. Les blocs adjacents, 153, 152 et 151, également exploités par les mêmes entreprises se trouvent au Maroc.

Cliquez sur la carte pour l’agrandir. Vous pouvez aussi la télécharger ici.

L’emplacement des blocs 154 à 157 – au Sahara Occidental - est surprenant. Island Oil and Gas avait annoncé le 11 avril 2008 (voir le communiqué de presse ci-dessous) avoir un agrément dans la zone qu’ils appelaient « Tarfaya », conjointement avec ses deux partenaires. Tarfaya est une ville côtière du Maroc. Le partenaire de l’Island, San Leon a aussi donné cette même impression que l’agrément était au Maroc et non au Sahara Occidental. Ils indiquent ainsi dans leurs pages d’accueil que le bloc se situe au « sud d’Agadir » (ou téléchargez). Il a donc été pensé que le bloc de Tarfaya n’était pas controversé, situé plus loin dans ce qui est internationalement reconnu comme le Maroc. Mais la carte récente de l’ONHYM, néanmoins, montre que l’agrément pétrolier de Tarfaya s’étend dans la partie la plus densément peuplée du territoire du Sahara Occidental.

En 2008, Island Oil and Gas avait projeté d’effectuer une acquisition sismique dans la zone de Tarfaya en 2009.

Une troisième large zone, jusqu’à présent inconnue, a apparemment été attribuée à l’ONHYM lui-même. Les blocs ont les numéros 117 à 129, et comprennent une partie de la cote du Sahara Occidental entre El Aaiun et Dakhla. La partie doit avoir été attribuée à l’ONHYM à un moment donné entre janvier et avril 2007. La datation est déductible puisque les blocs sont généralement numérotés de façon automatique. Puisque le bloc 116 (le contrat de reconnaissance onshore « Ouest Souss » de la zone d’Agadir) a été attribué à GBP le 25 janvier 2007, alors que le bloc 130 (agrément pétrolier « Asilah 1 »  au nord du Maroc) a été attribué à Direct et Anshutz le 11 avril 2007, il s’ensuit logiquement que les blocs de l’ONHYM au Sahara Occidental ont été attribués à un moment situé entre ces deux dates.

Le bloc 117 à 129 n’a été mentionné dans aucun rapport des média marocain, selon les informations de WSRW.

Le Maroc n’a aucun droit d’effectuer des explorations pétrolières au Sahara Occidental, selon l’ONU. Voyez ici l’opinion juridique onusienne de 2002 sur l’exploration pétrolière au Sahara occidental.


Communiqué de presse (traduit par WSRW)
11-04-2008 New Licence
ISLAND OIL & GAS PLC

MINISTRY CONFIRMS APPROVAL OF EXPLORATION PERMITS IN MOROCCO

Island Oil & Gas plc, (LSE:IOG) (“Island” ou la “Compagnie”), a annoncé aujourd’hui que le Ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement du Maroc a officiellement approuvé l’agrément pétrolier ‘Tarfaya Onshore’ (le « permis ») attribué la filiale entièrement possédée par ‘Island, la Island International Exploration Morocco (“IIEM”) par l’Office National des Hydrocarbures et des Mines (“ONHYM”) en décembre 2007.  

Le permis est effectif à partir du 14 janvier 2008, et est valide pour 8 ans. Le programme de travail qui a été suivi pendant les deux ans et demi initiaux du permis ont compris le retraitement sismique, l’acquisition et la modélisation géochimique. Une décision sera prise à la fin de la phase initiale du permis. Il est actuellement prévu que la section sismique sera acquise en 2009.

Le partenaire de la joint-venture du permis de Tarfaya sont IIEM (40%), l ‘opérateur désigné Longreach Oil and Gas Ventures Limited (30%) et San leon (Maroc)Limited (30%)

Le Maroc a un régime fiscal attractif comparé aux autres pays nord-africains producteurs de pétrole et gaz -  participation de l’état jusqu’à 25%, redevances sur la production pétrolière à 10% (les 30 000 premières sont exemptées), et redevances sur la production de gaz à 5% (exemption pour les premiers 300 millions de mètres cubes), et 35% de taxe de société seulement après 10 ans de vacances de production.

11 Avril 2008
http://www.islandoilandgas.com/default.asp?docId=12442&newsItem=12861

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi