Le pillage du Sahara Occidental discuté au comité de décolonisation
un_logo.jpg

Le Sahara Occidental est traité par l’ONU comme une question de décolonisation depuis les années 1960. Le 16 juin 2009, le pillage était à l’ordre du jour du comité.
Mis à jour le: 23.06 - 2009 00:42Imprimez cette page    
Le représentant du Front Polisario à New York, Ahmed Boukhari, a appelé dans une présentation au comité spécial sur la décolonisation à faire cesser le pillage des ressources naturelles au Sahara Occidental.

Selon les minutes de la discussion, Mr. Boukhari a mis en avant les points suivants :

"Le Maroc a intensifié son exploitation et commercialisation du territoire, distribuant ses meilleures ressources naturelles, notamment le phosphate et le poisson, au plus offrant.
Cela inclus des compagnie étrangères de prospection pétrolière, en violation sérieuse de la loi internationale gouvernant un territoire en voie de décolonisation. Cette violation est particulièrement grave si l’on prend en compte qu’en janvier 2002 Hans Corell, alors adjoint au secrétaire général pour les affaires juridiques et conseiller juridique des nations unies, a stipulé que l’organisation ne considérait pas le Maroc comme souverain ou puissance administrante au Sahara Occidental. "

Un des membres de la commission a prendre la parole, le représentant de la République Unie de Tanzanie, a dit qu’il était à la fois malheureux et inacceptable que le Sahara Occidental reste le seul cas non résolu de décolonisation sur le continent africain. L’assemblée a toujours reconnu le droit inaliénable du peuple Sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance, a adopté maintes résolutions et décisions sur la question qui sont restées vaines. Le conseil de sécurité a aussi de façon constante appelé à l’autodétermination du peuple Sahraoui.

La République Unie de Tanzanie a aussi attiré l’attention sur l’importance des constatations du rapport de l’ONU concernant l’exploitation illégale des ressources du Sahara Occidental, qui mérite l’attention du Comité spécial.

Voir les minutes de la discussion du 16 juin 2009 ici. (En anglais)

Télécharger le discours du représentant du Polisario, M. Ahmed Boukhari, ici. (En espagnol)


Traduction WSRW France.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi