De WSRW à l’ONU : stop au pillage et surveillance des violations
Dans ses courriers au Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, et à tous les membres du Conseil de Sécurité, Western Sahara Resource Watch appelle à l’inclusion dans le mandat de la MINURSO à la surveillance des Droits de l’Homme, et à la mise en place d’un mécanisme qui place les produits de l’exploitation des ressources naturelles du Sahara Occidental sous administration internationale, tant que le statut du territoire n’est pas résolu. Lire la lettre ici.
Mis à jour le: 02.04 - 2010 20:03Imprimez cette page    
Honorable Ban Ki-Moon
Secrétaire général des nations Unies
760 United Nations Plaza
Nations Unies
New York, NY 10017
Le 22 mars 2010

Votre Excellence,

Le conseil de sécurité de l’ONU examinera le renouvellement du mandat de la MINURSO durant le mois d’Avril. Western Sahara Resource Watch (WSRW), une ONG internationale présente par ses membres/organisations dans plus de 35 pays, avec pour but de s’assurer du respect du droit international dans la résolution du conflit du Sahara Occidental, souhaite vous faire un double appel.

Premièrement, nous vous demandons instamment de faire apparaître dans votre rapport à venir sur la situation au Sahara Occidental la nécessité d’adapter le mandat de la MINURSO pour y inclure la capacité de surveillance des Droits de l’Homme, avec un lien de rapport direct au Conseil de Sécurité de l’ONU. Il a été largement rapporté que la population civile du Territoire Non Autonome du Sahara Occidental est sujette à de nombreux abus des droits de l’homme, comme la détention arbitraire, les coups et la torture. L’ONU a l’obligation, acceptée comme une mission sacrée, de protéger les populations de tels abus alors qu’ils attendent pour l’organisation d’un référendum d’autodétermination juste et équitable, en conformité avec les résolutions de l’Assemblée Générale de l’ONU, du Conseil de Sécurité de l’ONU, et de l’Union Africaine. La MINURSO est la seule des missions de l’ONU mises en place depuis 1978 sans mandat de surveillance des droits de l’Homme. Il n’y a aucune raison pour qu’elle reste l’exception à la règle.

Deuxièmement nous demandons que votre rapport aborde l’exploitation continue et illégale par le Maroc des ressources naturelles du Sahara Occidental, un vol qui  sape la confiance entre les parties, et qui est un obstacle-clé dans la résolution de ce long conflit. Les informations détaillées sont présentes sur le site de WSRW en suivant le lien www.wsrw.org.
Les activités du Maroc sont menées en contravention d’une série de résolution du conseil de sécurité, dont les résolutions 62/113, 62/120, 63/102, 63/111, 64/98 et 64/99 parmi d’autres, aussi bien que les obligations relevant de l’article 1 des Pacte international relatif aux droits civils et politiques et Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. Comme l’a établi avec grande clarté le Conseiller Juridique de l’ONU en 2002 :

« … si des activités de prospection et d’exploitation devaient être entreprises au mépris des intérêts et de la volonté du peuple du Sahara occidental, elles contreviendraient aux principes de droit international applicables aux activités touchant aux ressources minérales des Territoires Non Autonomes. »

Toutes les preuves sont faites que le peuple Sahraoui et ses représentants n’ont pas été consultés sur l’exploitation des ressources du Sahara Occidental par les autorités Marocaines et la complicité d’intérêts étrangers. Au nom du peuple Sahraoui, le Front POLISARIO a protesté contre cette activité illégale dans de nombreux courriers adressés au Conseil de Sécurité et à votre excellence. Western Sahara Resource Watch vous demande instamment de proposer aux Etats Membres de l’ONU d’établir un mécanisme qui permette de placer les revenus de l’exploitation des ressources naturelles du territoire sous administration internationale jusqu’à ce que le statut du territoire soit résolu.

Sincèrement votre,

Sara Eyckmans
Coordinatrice Internationale
Western Sahara Resource Watch

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi