WSRW répond au rapport du Secrétaire Général de l’ONU sur le Sahara
ki_moon_610.jpg

« Il est inconcevable que la MINURSO reste la seule mission de maintien de la paix de l’ONU sans mandat pour surveiller les droits de l’homme » a déclaré WSRW hier dans lettre au Conseil de sécurité. WSRW a demandé pour une surveillance par l’ONU des violations des droits de l’homme et du pillage illégal des ressources naturelles du territoire.
Mis à jour le: 13.04 - 2010 01:06Imprimez cette page    
Le 6 avril 2010, le Secrétaire Général de l’ONU a rendu son rapport au Conseil de sécurité sur la situation au Sahara Occidental. Le rapport ne tient pas compte des appels internationaux à la surveillance des violations des droit de l’homme au Sahara Occidental. Le rapport ne fait pas plus mention du pillage en cours du territoire. Le 10 avril 2010, Western Sahara Resource Watch a envoyé la lettre ci-dessous aux membres du conseil de sécurité.


Western Sahara Resource Watch, une ONG internationale visant à assurer la bonne application de la justice internationale au Sahara Occidental, a examiné le rapport du secrétaire général sur le Sahara Occidental et souhaite faire part des remarques suivantes.

D’abord, l’oubli du secrétaire général d’inclure une déclaration claire soutenant l’ajout de la capacité de surveillance des droits de l’homme au mandat de la MINURSO est extrêmement malheureux. Nous notons la préoccupation de Son Excellence pour la situation des droits de l’homme au Sahara Occidental (§76), mais ne voyons pas comment cet état de choses peu s’améliorer si aucun mécanisme Onusien de surveillance n’est institué, tel que l’a recommandé de OHCHR en 2006.

Au cours des derniers 6 mois, alors que le Maroc et le Front Polisario étaient engagés officiellement dans un dialogue politique sous les auspices de l’ONU, nous avons assisté à une sérieuse détérioration de la situation des droits de l’homme dans la partie du Sahara Occidental occupé par le Maroc. Le discours provocateur du Roi du Maroc le 6 novembre 2009, qualifiant de « traîtres » ceux qui protègent le droit légitime du peuple Sahraoui à l’autodétermination, a déclenché une répression sévère contre les militants et les défenseurs des droits de l’homme.

Alors que l’observation du secrétaire général visant à augmenter le programme des visites familiales (§75) est louable, il a été amplement rapporté que les Sahraouis qui ont pris des initiatives dans ce sens ont été confrontés à une très hostile réaction à leur retour au Maroc. Le cas des 6 civils Sahraouis emprisonnés à Salé est particulièrement inquiétant, qui sont confrontés à une accusation de trahison devant le tribunal militaire simplement pour avoir rendu visite aux campements de réfugiés de Tindouf. Dans ces circonstances, il est inconcevable que la MINURSO reste la seule mission de maintien de la paix de l’ONU sans mandat pour surveiller les droits de l’homme.

Ensuite, nous trouvons incompréhensible que le rapport ne fasse aucune mention de l’actuelle exploitation illégale des ressources naturelles du Sahara occidental par le Maroc. Nous répétons que ces activités sont menées en contravention de nombreuses Résolutions de l’Assemblée Générale de l’ONU et des obligations internationales du Maroc relatives à l’article 1 des Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques et Pacte international relatif aux Droits Economiques, Sociaux et Culturels.

En 2002, le conseiller juridique de l’ONU a déclaré que ces activités « contreviendraient aux principes de droit international applicables aux activités touchant aux ressources minérales des Territoires Non Autonomes » si elles « sont entreprises au mépris des intérêts et de la volonté du peuple du Sahara occidental ». Les fréquentes protestations contre l’exploitation des ressources du Territoire ont démontré que la question est de celles qui sabotent la confiance entre les parties, et un obstacle clé à la résolution de ce conflit de longue date.

Il est clair que les récents événements ont conduit à détériorer encore la confiance qui restait dans le processus politique. WSRW est convaincu que l’établissement de la capacité de surveillance des droits de l’homme et de l’investigation de la Mission d’Observation de l’exploitation des ressources naturelles du territoire contribueraient à reconstruire la confiance entre les deux parties et faciliteraient le renouvellement de l’engagement dans les négociations. Nous appelons le conseil de sécurité de l’ONU à prendre des mesures pour aborder ces deux questions lors de la rédaction ce mois de la prolongation du mandat de la mission de la MINURSO.

Sincères salutations
Sara Eyckmans
International Coordinator
Western Sahara Resource Watch

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi