8 parlementaires suisses dénoncent l’éthique d’une Cie tasmanienne
impact_tasmania_610.jpg

Cet après midi, un vraquier doit arriver au port de Risdon, Hobart, en Tasmanie, avec des minerai de phosphate pillés au Sahara Occidental occupé. 8 parlementaires suisses protestent contre ces importations.
Mis à jour le: 11.09 - 2010 18:01Imprimez cette page    
8 parlementaires suisses dénoncent l’éthique d’une Cie tasmanienne

Communiqué de presse, pour diffusion immédiate
10 septembre 2010 (temps australien)


Cet après-midi, un navire vraquier arrivera au port de Risdon en Tasmanie, avec un chargement de minerais de phosphates pillés au Sahara Occidental occupé. Ce commerce vers la Tasmanie se fait en violation du droit international et contribue à prolonger l’un des plus vieux conflits d’Afriique. La cargaison se trouve à bord du « Christine O ? »

Le navire transporte des minerais de phosphates que le Maroc exporte du Sahara Occidental - territoire qui a été envahi par les forces armées marocaines en 1975. Les Nations unies ont déclaré que l'exploitation de ces ressources ne peuvent être effectuées tant que la population du territoire n’est pas consulté, ce qui nʼa pas eu lieu. Le Sahara Occidental est considéré comme une colonie par les Nations unies.

L'importateur, Impact Fertilisers, a admis effectuer de telles importations. Depuis peu, Impact est détenu en majorité par la firme suisse Ameropa. La semaine dernière, 8 parlementaires suisses ont exhorté Ameropa d’ordonner à sa filiale en Tasmanie d’arrêter ces importations.

«En participant à la commercialisation des phosphates du Sahara Occidental occupé, votre filiale Impact Fertilisers tire profit de l’occupation illégale du territoire et viole le droit. Cela contribue à saper les efforts de l'ONU pour une solution pacifique du conflit», ont écrit les parlementaires.

Le groupe se réferrait, entre autre, à l’annonce par Yara la plus grande entreprise mondiale de fertilisants, qui a déclaré qu’elle n’importerait plus de phosphates du Sahara Occidental tant que durerait le conflit.

« Nous vous prions, en tant qu'entreprise consciente de ses responsabilités, de prendre en considération le contexte géopolitique régional et de demander à votre filiale Impact Fertilisers basée en Tasmanie d’abandonner les importations de phosphates du Sahara Occidental tant que la population concernée ne peut pas faire valoir ses droits légitimes sur ses ressources naturelles» ont écrit les 8 parlementaires.

Lire la lettre des parlementaires suisses ici :
http://wsrw.org/files/dated/2010-09-09/ameropa_letter_french_02.09.2010.pdf

Lundi dernier, des Sahraouis dans les territoires occupés, ont de nouveau protesté contre le pillage des phosphates de leur pays.

Le « Christine O » navigue sous pavillon d’Antigua et Barbuda, et appartient à Opielok Reederei, Allemagne.

Pour toutes questions et commentaires, ou images des manifestations sahraouies au Sahara Occidental :
Cate Lewis, Australie
Australian Western Sahara Association.
+61 407288358
lewis.cate@gmail.com

Emmanuel Martinoli, Suisse
Association de soutien à un référendum libre et régulier au Sahara Occidental
(+41) 324-228-717
arso@arso.org

Axel Goldau, Allemagne
Kritische Ökologie
(+49) 3076-703497
redaktion@kritische-oekologie.de


    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi