Renouvellement de l'accord de pêche UE-Maroc toujours pas de décision
Bruxelles, 21 octobre (EFE). Commissaire européen pour la pêche, Maria Damanaki, et le ministre marocain de la Pêche, Aziz Akhannouch, ont débattu de l'accord de pêche, à échéance en mars 2011. Mais toujours aucun ordre du jour n’a été fixé pour négocier son renouvellement, selon des sources au sein de la Commission qui ont informé EFE.
Mis à jour le: 02.11 - 2010 22:18Imprimez cette page    
Source: ABC
21 octobre 2010
Traduction Western Sahara Resource Watch

Damanaki et Akhannouch se sont rencontrés hier à Bruxelles pour discuter de l'avenir de l'accord UE-Maroc, qui bénéficie à environ 100 navires espagnols. L'avenir de l'accord se révèle de plus en plus incertain : il ne reste que 5 mois avant l'expiration du contrat et la Commission Européenne n'a pas encore décidé de renégocier ou non sa poursuite.

Akhannouch a présenté des rapports au commissaire, mais au moment de cette rédaction, la Commission "ne pouvait estimer" si ce sont là les données qu'elle avait  demandé au Maroc afin d'être en mesure de discuter d'un échéancier de négociation de cet accord, ont indiqué les sources.

La principale difficulté est la question du Sahara occidental, puisque Damanaki a demandé aux autorités marocaines de démontrer que l’accord actuel bénéficie adéquatement à la population sahraouie. C’est une condition à la signature d’un nouvel accord.

Aujourd'hui, "aucune décision n'a été prise, d'autres discussions sont nécessaires à la Commission pour prendre une décision sur la poursuite de l’accord ", a déclaré la même source.

Les représentants européens et marocains ont décidé de tenir une réunion technique "dans les prochaines semaines". Mais cela ne dit pas s’il y aura des négociations et un nouvel accord.

Damanaki et Akhannouch « ont discuté de différentes approches, toutes en conformité avec le droit international», selon certaines sources.

Le commissaire soutient qu'il est essentiel que le Maroc démontre que l'accord a des retombées positives sur les Sahraouis, et plus précisément, qu'ils reçoivent une partie de la compensation financière que le Maroc reçoit pour permettre aux bateaux européens de pêcher dans ses eaux.

La Commission insiste sur le fait que sa position "n'est pas une attitude politique », mais que ses demandes" sont les exigences juridiques qui doivent être réunies ", afin de prolonger l'accord.

Selon certaines sources, le ministre marocain a été ouvert à ces arguments. Au cours des deux prochains jours, une date sera fixée pour la réunion technique.

L'entente est d'une haute importance politique pour l’Union Européenne et propose des permis à 119 navires européens – dont 100 sont espagnols.

En retour, l'UE paie au Maroc  36,1 millions d'euros par an : une partie de ce montant est affectée au secteur de la pêche et le reste va au développement.

Si Bruxelles et Rabat ne parviennent pas à renouveler l’accord actuel avant Février 2011, la flotte européenne devra laisser les eaux marocaines, comme ce fut le cas entre 1999 et 2007 parce qu'il n'y avait pas d'accord établi.

Le gouvernement espagnol a fait part de son intérêt dans le renouvellement de l’accord à plusieurs reprises. Différents députés - parmi lesquels l'espagnol Raül Romeva (Verts-IC) - ont récemment demandé l'exclusion des eaux sahraouies de l’accord.

En outre, les juristes du Parlement Européen ont présenté un avis juridique sur l'accord, dans lequel ils concluent qu'il ne respecte pas le droit international, car il ne bénéficie pas à la population du Sahara occidental.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi