Des pécheurs sahraouis empêchés d'entrer dans le port de Boujdour
cut_out2.jpg

Hier matin, 10 janvier, les autorités marocaines ont empêché par la force 70 jeunes pêcheurs d'entrer dans le port de Boujdour et dans le marché aux poissons.
Mis à jour le: 15.01 - 2011 00:31Imprimez cette page    
Des voitures de police encerclant le point d'entrée du port ont empêché les pécheurs sahraouis de rejoindre leurs bateaux. La protestation qui en a suivi a mené à des affrontements avec la police marocaine, qui aurait été soutenue par des colons marocains qui qualifiaient les pécheurs sahraouis d’« étrangers ».

dscf5348_300.jpgWestern Sahara Resource Watch a reçu des photos prises avec des téléphones mobiles de sahraouis en train d'être arrêtés par la police.

Pour mettre de l'ordre à la situation, le Gouverneur marocain de Boujdour, M. Elaarbi Etwaijar, a du se déplacer sur les lieux. Etwaijar a affirmé que les pécheurs sahraouis ont été exclus car ils ne possèdent les licences nécessaires pour pécher. Il a poursuivi en disant qu'en arrivant, le groupe a entravé le fonctionnement du système portuaire.

Les colons marocains auraient affirmé qu'ils allaient expulser « ces étrangers » si la police ne le faisait pas.

Des témoins oculaires, comme l'ex-prisonnier politique Sidi Haiba Hbibi, déclarent que les colons marocains se sont réunis devant le port avec des couteaux et d'autres armes, et que la police n'a rien fait pour essayer de les arrêter. Haiba Hbibi est persuadé que ce comportement contre les sahraouis natifs finira en un autre bain de sang, comme lors des évènements dans les camps de Gdaim Izik et la répression par la police des protestations pacifiques dans les villes sahraouies.

Un autre sahraoui qui travaillait au marché affirme que samedi dernier encore, 38 tonnes de poulpe ont été exportés de Boujdour. Pour lui, ce fait confirme l'appropriation par les autorités marocaines des ressources naturelles du Sahara Occidental sans que la population autochtone, les sahraouis, en bénéficie.


dscf5403_610.jpg

dscf5407_610.jpg

dscf5401_610.jpg

dscf5394_610.jpg

dscf5364_610.jpg

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi