La CE et le Maroc signent l'extension de l'accord de pêche litigieux
Après deux jours de discussions, la Commission Européenne et Rabat ont signé le 25 février à Rabat une extension de l'accord de pêche EU-Maroc. L'accord initiall, fortement critiqué pour son soutien aux revendications du Maroc sur le Sahara Occidental occupé, devait arriver à terme le 27 février.
Mis à jour le: 07.03 - 2011 22:54Imprimez cette page    
La Ministre de la Pêche espagnole Rosa Aguilar, qui a exercé une forte pression en faveur de l'extension, s'est aussitôt félicitée de l'accord conclu entre la Commission Européenne et le Maroc.

« Maintenant nous avons une année pour arriver à un bon accord de  pêche EU-Maroc qui protège nos pêcheurs et offre une sécurité et la garantie à notre flotte de pouvoir développer ses activités professionnelles », notait la Ministre lors d'une conférence de presse officielle.

A travers l'Accord de Partenariat dans le domaine de la Pêche (FPA) entre EU et Maroc, la flotte Européenne reçoit 119 licences pour pêcher dans les eaux marocaines et dans les eaux occupées, en plus des quotas sur des espèces comme les anchois, maquereau et harengs. L'industrie de la pêche espagnole n’a pas moins de 100 permis de cet accord de pêche, bénéficiant principalement aux pêcheurs d'Andalousie et des Îles Canaries.

En ces temps où les revendications du Monde Arabe pour la démocratie font passer les affaires pour secondaires, l’Espagne place toujours ses propres intérêts économiques en priorité face aux droits humains fondamentaux d’un peuple qu’elle avait colonisé.

"L'aspect financier [de l'accord de pêche] n'est pas nécessairement l'aspect le plus important de cet accord. L'aspect politique est tout aussi important ", a déclaré le ministre marocain de la pêche à propos de l’accord. Grâce à cet accord, le Maroc reçoit l'argent des contribuables de l'Union Européenne pour pêcher dans des eaux qui ne sont non pas marocaines, mais sous occupation marocaine.

Selon les Nations Unies, aucune exploitation des ressources naturelles ne peut avoir lieu au Sahara Occidental, si le peuple sahraoui est en désaccord avec cette exploitation. Mais jusqu'ici, l'UE a - sous la pression espagnole - renoncé à cette obligation de consulter le peuple du Sahara Occidental que les Nations Unies ont pourtant prescrit. La Commission européenne a à maintes reprises trompée le public sur le contenu véritable de l'avis des Nations Unies sur la question.

Le 21 février 2011, les 27 États membres ont autorisé la Commission européenne à poursuivre son plan de négociation d’une prolongation de 12 mois de l’accord de pêche. Le Royaume-Uni, la Suède et le Danemark ont voté contre le mandat demandé par la Commission, en insistant pour obtenir des informations claires et suffisantes prouvant que le peuple sahraoui bénéficiait de l’accord. La Finlande et l'Allemagne se sont abstenues pour la même raison.

La Commission Européenne soutient depuis longtemps que le renouvellement de l'accord de partenariat UE-Maroc dépend du fait que Rabat démontre que la mise en œuvre de cet accord bénéficie Sahraouis. Il a fallu aux autorités marocaines près d'un an pour fournir les données demandées, alors qu’ils n'avaient pas présenté de telles données au cours des trois premières années de l'accord. L'auteur de l’Avis des Nations Unies sur la question, trouve absurde que l'UE demande au Maroc de la documentation sur la façon dont l'accord bénéficie à la population d’un territoire annexé, en soulignant que cela devrait être au peuple lui-même d’être consulté, conformément au droit international.

La réticence initiale de la Commission pour partager les fichiers avec le Conseil a déclenché le mécontentement parmi les gouvernements de l'UE. Dans une tentative pour éviter une imminente minorité de blocage, la Commission avait promis de présenter une évaluation des rapports reçus sur présentation d'un projet d'accord négocié avec le Maroc.

L’accord proposé par la Commission doit encore être ratifié par le Conseil européen et le Parlement européen.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi