Le Gouvernement norvégien clarifie sa position sur le Sahara
refugee_camps_610.jpg

« Nous demandons aux entreprises d’éviter le territoire, étant donné que nous ne reconnaissons pas  l’annexion du Sahara Occidental » a déclaré vendredi  le Secrétaire d’État du Ministère des Affaires Étrangères de la Norvège.
Mis à jour le: 01.07 - 2011 11:36Imprimez cette page    
Investir dans le territoire «  illégitimement annexé » est possible à condition que ce soit au profit de la population locale – «  et par la population locale , nous entendons naturellement  le peuple sahraoui, » a dit le Secrétaire d’État.

Un rapport publié par l’organisation norvégienne l’ Avenir entre nos mains, a rallumé le débat sur le Sahara Occidental qui dure  depuis quatre en Norvège. Dans le débat il s’agit des termes utilisés et de la pratique dans la politique norvégienne en ce qui concerne le Sahara Occidental.

Le rapport de l’organisation norvégienne indique d’abord la discordance dans les déclarations faites par le Gouvernement norvégien d’une part, et d’autre part la pratique. Plus spécifiquement, le rapport souligne que le Gouvernement demande aux entreprises norvégiennes, d’éviter absolument des investissements au Sahara Occidental alors que les compagnies reçoivent un avis beaucoup plus vague en contact direct avec des représentants du gouvernement.

Cela confirme les allégations de l’ancien président de la Confédération des Entreprises Norvégiennes, qui l’année dernière a démissionné à cause du scandale causé par les importations de son entreprise de l’huile de poisson provenant du territoire. A plusieurs reprises, l’ex-président a déclaré que le Ministère lui a donné des avis différents de ceux qui étaient communiqués dans les médias par le même ministère.

Deuxièmement, le rapport décrit comment, depuis 2007, le Ministère des Affaires Étrangères de la coalisation centre-gauche n’utilise ni  « annexion » ni « occupation » comme termes pour nommer la présence marocaine dans le territoire, contrairement aux termes utilisés par l’ancien gouvernement conservateur. Le rapport est fondé sur une collection de 68 différentes déclarations et lettres de gouvernements consécutifs de la période 2002 – 2011.

Cependant, dans un article de l'important journal norvégien Aftenposten du 17 juin, le Gouvernement clarifie en partie la position de la Norvège, retournant aux termes qui montre la position de la Norvège depuis toujours.  

« Nous demandons aux entreprises d’éviter le territoire étant donné que nous ne reconnaissons pas l’annexion du Sahara Occidental. Nous n’avons pas changé de politique dans cette affaire », dit le Secrétaire d’État à Aftenposten, M. Barth Eide repousse la critique.

« L’expression que vous utilisez – annexion- n’a pas été utilisée en public  par les autorités norvégiennes depuis novembre 2007. Pourquoi ? » a demandé Aftenposten.

« Notre position est de parler de la ‘situation’ au Sahara Occidental. Cela n’exclut pas le fait que le territoire est annexé. A notre avis, le Maroc a annexé le Sahara Occidental . C’est une annexion que nous ne reconnaissons pas et que nous considérons comme illégitime. Dans cette affaire nous partageons la position des Nations Unis, » a déclaré Barth Eide.

«  Plusieurs entreprises norvégiennes ont dit que les signaux qu’ils ont reçus da la part du Ministère en ce qui concerne ce qu’elles peuvent faire dans le territoire , ont été peu clairs. Auriez-vous pu être plus clairs ? » a demandé le journal.

« Nous ne pouvons pas interdire les affaires dans le territoire. Il n’y a pas de boycot. Mais nous décourageons clairement les entreprises de faire des affaires là-bas si la population locale n’en bénéficie pas. Et par population locale nous entendons naturellement le peuple sahraoui, » a dit Barth Eide.

Le parlementaire Peter Skovholt Gitmark du Parti Conservateur de Norvège, est satisfait que le Secrétaire d’État n’ait laissé aucun doute en ce qui concerne la position du Gouvernement.

« C'est bien qu’il clarifie maintenant ce que pense le gouvernement de l’occupation marocaine. Il faut que les entreprises norvégiennes aient le message clair que les affaires au Sahara Occidental servent presque toujours uniquement aux intérêts marocains, » a-t-il déclaré.

Il se demande aussi pourquoi les représentants du Ministère des Affaires Étrangères norvégien n’ont pas utilisé les termes « annexion » et « occupation »  depuis 2007.

« Pour moi, c’est quelque chose d’incompréhensible. Pour cette raison, je trouve positif que (le Secrétaire d’État) Barth Eide utilise l’expression correct, » a dit Gittmark à Aftenposten.

« Pour nous il est évident que le Sahara Occidental est occupé et en train d’être annexé. Cela créera un énorme problème si les avis donnés aux entreprises   norvégiennes concernant leur engagement dans ce territoire,  sont vagues », a déclaré le vice-président du parti libéral norvégien, Helge Solum Larsen.

Cependant, il y a toujours une divergence dans les déclarations concernant le Sahara Occidental. Le rapport indique différentes occasions où le Ministre des Affaires Étrangères déclare qu’il faut que les souhaits de la population locale soient respectés quand il s’agit des activités liées aux ressources naturelles au Sahara Occidental.

« Le Ministère des  Affaires Étrangères doit parler avec la même clarté aux compagnies norvégiennes qu’aux médias. Aussi longtemps que le Ministère donne des interprétations différentes de sa propre politique, il désavoue la bonne intention de demander aux entreprises d’éviter le Sahara Occidental. Les nombreux engagements et investissements des entreprises norvégiennes montrent que le Ministère n’est pas assez clair », a déclaré Arild Hermstad, le président  de l’organisation qui a rédigé le rapport, l’Avenir entre nos mains.

L’Avenir entre nos mains est la plus grande organisation environnementale en Norvège et s’occupe des questions concernant la responsabilité sociale des entreprises.  

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi