ONU: les ressources naturelles nouvel axe de discussions sur le Sahara
ross_610.jpg

L’envoyé spécial de l’ONU au Sahara Occidental indique la manière dont les ressources naturelles sont actuellement le principal sujet des pourparlers de paix entre le Maroc et le Polisario.
Mis à jour le: 30.01 - 2012 21:47Imprimez cette page    
Christopher Ross, un ancien haut diplomate américain, a été nommé en 2009 envoyé personnel du Secrétaire Général de l’ONU pour le conflit du Sahara Occidental. Dans une interview publiée sur les pages des Nations Unies le 25 janvier 2012, M Ross parle de la nécessité de mettre fin au conflit et la tragédie humaine du Sahara Occidental.

Les ressources naturelles sont parmi les questions qu'il soulève. Il précise comment les ressources naturelles ont été introduites comme nouveau front dans les discussions parrainées par l’ONU jusque-là dans l'impasse entre le Maroc et le Polisario.

«Ils ont convenu qu'ils pourraient commencer par discuter des ressources naturelles et du déminage pour ensuite passer à d'autres sujets", a indiqué M. Ross.

Ross fait référence à la nécessité urgente que le conflit soit résolu.

«Les coûts comprennent la situation humanitaire des réfugiés, l'augmentation de questions sur  les droits humains, les frais d'entretien de forces militaires significatives, et une incapacité à planifier l'utilisation des ressources naturelles du Sahara Occidental d'une manière appropriée", a déclaré Ross.

Western Sahara Resource Watch a longtemps soutenu que le pillage par le Maroc des ressources du territoire, en violation des principes définis par l'ONU sur la question, contribue à maintenir l’insoutenable statu quo.

Alors que les deux parties sont en pourparlers onusiens sur les ressources naturelles du Sahara Occidental, le Maroc est sur le point de conclure un accord de libre-échange/agriculture avec l'UE, ce qui entraînerait une augmentation du pillage des ressources du peuple Sahraoui.

Les principaux bénéficiaires de l'accord agricole à venir sont les propriétaires des plantations au Sahara Occidental, y compris le Roi du Maroc, l'un des plus riches régents dans le monde.


    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi