Le Parlement Européen approuve l'accord agricole avec le Maroc
Le 16 février, le Parlement Européen a approuvé une révision de l'Accord de libre-échange marocain, qui permet une plus grande libéralisation des produits marocains agricoles et de la pêche. L'accord ne précise pas qu'il ne s'applique pas au Sahara Occidental.
Mis à jour le: 18.02 - 2012 12:45Imprimez cette page    
Lors de la session plénière, 369 députés ont voté en faveur, 225 contre et 31 se sont abstenus sur un accord qui permettra à davantage de produits marocains d’entrer dans le marché de l'UE.

Le nouveau régime commercial pour les produits agricoles et de la pêche prévoit une libéralisation quasi totale pour la plupart des produits, mais contient des restrictions ou des quotas tarifaires pour une liste de produits qui sont considérés comme «sensibles» pour  l'Union Européenne. Ces conditions particulières s'appliquent aux tomates, concombres, fraises, mandarines, aux aulx, aux  courgettes et au sucre.

L'accord manque à  préciser, cependant, que les productions provenant du Sahara Occidental doivent être exclues. Dans son récent rapport les «tomates du conflit", WSRW a identifié 11 fermes dans les environs de Dakhla, dans le sud du Sahara Occidental. Tous sont des conglomérats franco- marocains ou appartiennent au roi du Maroc. Ces sites agricoles illégaux pourraient aujourd'hui être mis en concurrence avec les producteurs de l'Union européenne.

Pendant des mois, les organisations agricoles du sud de l'Europe ont exprimé leur opposition à l'accord. Le Maroc présente un concurrent redoutable pour eux, parce qu’il n’a pas à se conformer aux mêmes règles environnementales et de travail que les agriculteurs européens.

Partageant ces préoccupations, une importante minorité de députés a refusé de consentir à l'accord. Les opposants ont aussi cité l'inclusion du Sahara Occidental dans l'accord comme étant une violation du droit international.

Le Maroc a envahi le Sahara Occidental en 1975, et réprime sévèrement le peuple Sahraoui qui demande le respect de son droit à l'autodétermination. Plus de 100 résolutions de l'ONU rappelle le droit à l'autodétermination pour le peuple du Sahara Occidental, mais le Maroc continue à en contrecarrer l'exercice.

L'accord n'entrera pas en vigueur avant le 1er mai.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi