Maroc annonce son intérêt pour un nouvel accord de pêche
damanaki_amrani_610.jpg

Vendredi 20 avril, le Maroc a annoncé sa volonté de s'engager dans un nouvel accord de pêche avec l'Union Européenne. "Les négociations doivent respecter le droit international, et doivent être immédiatement suspendues jusqu'à ce que les Sahraouis aient été consultés", a déclaré WSRW.
Mis à jour le: 23.05 - 2012 16:41Imprimez cette page    
Après une réunion avec le vice-ministre marocain des Affaires étrangères, M. Yousef Amrani, la commissaire à la pêche de l'UE Maria Damanaki a déclaré dans une conférence de presse qu'ils avaient discuté "des possibilités de conclure un nouvel accord", qui, dans tous les cas doit «respecter l'environnement, prendre en considération les ressources du Maroc et être bénéfique pour les deux parties ". Le Ministre Amrani a déclaré l’intérêt de son pays pour l’exploration de nouvelles possibilités de pêche qui sont à l'avantage des deux parties.

Cependant, il semble que les négociations ont déjà eu lieu en violation du droit international. L'organisation des Nations Unies et le Parlement Européen ont tous les deux déclaré que le peuple sahraoui doit être consulté sur ces activités.

"Le fait que l'UE s'engage dans des pourparlers avec le Maroc sans consultation préalable avec les Sahraouis, montre qu'elle n'a pas appris de ses erreurs précédentes. Nous appelons l'UE à mettre fin à des discussions avec le Maroc jusqu'à ce que la voix des Sahraouis ait été entendue", a déclaré Sara Eyckmans, coordinateur de WSRW.

Le service juridique du Parlement a clairement indiqué que le droit international n'empêche pas les activités sur les ressources naturelles au Sahara Occidental, « mais les empêchent seulement dans la mesure où ces activités sont menées au mépris des intérêts et des souhaits de la population de ce territoire ».

La visite de Damanaki au Maroc n'a pas été officiellement annoncée à l'avance.

Le communiqué de presse officiel émis par la Commission européenne à propos du voyage du commissaire, stipule que:
"La Commission européenne considère le Maroc comme un partenaire clé, non seulement dans la Méditerranée, mais en général. J’ai demandé à la Commission et au Conseil de me donner un mandat pour discuter un protocole pour un nouvel accord de pêche et je l'ai obtenu : nous recherchons un nouvel accord qui, dans le même temps, respecte la durabilité environnementale, soit rentable pour les deux parties et en conformité avec le droit international. Je crois qu'aujourd'hui nous avons pris un très bon départ et nous devons continuer sur cette voie. Pour l'UE et le Maroc, la coopération n'est pas un choix : c’est un devoir. Nous devons coopérer si nous voulons gérer efficacement les stocks de poissons. Je suis heureuse de dire que nous avons commencé aujourd'hui nos entretiens exploratoires pour un nouveau protocole d’accord de pêche avec le Maroc. »

La prolongation d'un an du précédent accord de pêche UE-Maroc a été rejeté par le Parlement Européen le 14 décembre 2012, provoquant la colère de l’industrie  de la pêche marocaine et espagnole - le bénéficiaire principal des licences de pêche dans cet accord.

La pêche mise en place sous cet accord a majoritairement eu lieu dans les eaux du Sahara Occidental, en grande partie occupé par le Maroc depuis 1975. Une étude indépendante demandée par la Commission Européenne en 2011, a conclu que la plupart des stocks au Maroc et au Sahara Occidental sont soit pleinement exploités ou soit surexploités.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi