Suède: procès en première instance contre les pêcheurs
greenpeaced_610.jpg

Le procès contre 2 pêcheurs suédois qui auraient pris part à la pêche illégale au Sahara Occidental est prévu le 24 octobre.
Mis à jour le: 27.10 - 2012 12:34Imprimez cette page    
En avril 2009, deux pêcheurs suédois ont été inculpés par un tribunal suédois pour avoir pêché au large des côtes du Sahara Occidental sans permis général de pêche de la Suède, ainsi que pour avoir opéré en dehors de la zone des partenariats de pêche de l'UE. Un des navires a été arraisonné par des militants de Greenpeace en 2008 (photo ci-dessus).

Le procureur de la cour de Göteborg a annoncé que le procès aura lieu le 24 octobre 2012, selon l'Agence suédoise du magazine Västsahara.

Les deux compagnies de pêche concernées, Fiskeri AB Ganthi et Fiskeri Nordic AB, sont accusés de pêche illégale de avril 2007 à mai 2008. Leurs deux bateaux de pêche, respectivement Aldo et nordic IV, ont travaillé en coopération, et sont gérés par les accusés et leurs proches. On estime que les bénéfices de la pêche s'élève à 20 millions de couronnes suédoises (2,3 millions d'euros) au cours de la période de 14 mois - après déductions des salaires et des permis.

Cette date du procès est, ironiquement, la même date que le procès de l'année contre les prisonniers politiques sahraouis à Rabat. Parmi les Sahraouis qui seront devant le tribunal, après une attente de 2 ans, Sidahmed Lemjiyed, le secrétaire général du CSPRON, travaille pour la protection des ressources naturelles au Sahara Occidental.

Le procès des pêcheurs a été reporté à plusieurs reprises. Les raisons du report sont, selon Västsahara, plusieurs plaintes présentées par les accusés sur les formalités de la procédure judiciaire. Après avoir été présenté devant la Haute Cour de Göteborg, l'affaire a été déférée à la Cour de première instance.

«La seule possibilité [d’un nouveau report] serait par l’impossibilité d'entrer en contact avec les accusés", a déclaré le procureur à Västsahara sur le cas.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi