Total reprend son exploration immorale des fonds marins
Après une courte pause pour Noël, la très critiquée exploration pétrolière franco-chinoise au large des côtes au Sahara Occidental occupé a repris.
Mis à jour le: 07.01 - 2013 17:24Imprimez cette page    
Le 6 décembre 2012, une licence d’un an de Total pour de la reconnaissance sur le bloc offshore Anzarane au Sahara Occidental occupé a pris fin. La multinationale française avait dans l’année établie un contrat avec une filiale de la compagnie pétrolière nationale chinoise CNPC pour mener des travaux d'exploration des fonds marins, a révélé WSRW.

Maintenant, le navire d'étude sismique BGP Prospector est de retour sur le bloc de Total. Le navire a repris ses opérations quelques jours seulement après que Total a déclaré qu'il avait renouvelé l'accord. BGP Prospector est accompagné par le navire de ravitaillement le St John battant pavillon Vanuatu (numéro IMO 8521713) et le navire de surveillance sismique le Bella battant pavillon d’Afrique du Sud (numéro IMO 8003498). BGP Prospector remorque actuellement de longs câbles de plusieurs kilomètres pour réaliser l’étude.

Les opérations se poursuivent alors que les travaux d'exploration au Sahara Occidental violent le droit international selon l'ONU.

Western Sahara Resource Watch (WSRW) a envoyé une lettre à Total le 7 décembre 2012, avec les questions suivantes. WSRW attend une réponse de la compagnie :

a) Est-ce que Total est d'accord que le peuple sahraoui, comme seuls autochtones du Sahara occidental jusqu'à l'occupation en 1975, a le droit de souveraineté permanente sur ses ressources naturelles?
b) Est-ce que Total est d'accord que l'avis juridique de 2002, qui se réfère à votre entreprise, établit que le peuple sahraoui doit consentir préalablement à la signature de tout accord pétrolier d'exploration supplémentaire au Sahara Occidental?
c) Est-ce total a déjà essayé d'obtenir le consentement du peuple sahraoui? Si oui, comment et quand? Si non, pourquoi pas?
d) Est-ce que Total est d'accord avec les investisseurs concernés que la signature de ces accords pétroliers risque de saboter les efforts de l'ONU pour résoudre le conflit dans le territoire?

WSRW a également envoyé une lettre à BGP la filiale de CNPC, et attend la réponse de leur part.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi