Les pêcheurs sahraouis sommés de s'expliquer
dakhla_protest_25.05.2013_8_610.jpg

Des dizaines de pêcheurs sahraouis qui ont participé samedi 25 mai à la manifestation dans le port de Dakhla ont été convoqués par la police marocaine.
Mis à jour le: 07.06 - 2013 17:35Imprimez cette page    
La menace des pêcheurs de couper indéfiniment la route principale du port, semble être la raison pour laquelle la police a décidé de les convoquer au poste pour interrogatoire. La police marocaine a franchi ce pas malgré les promesses antérieures de ne pas persécuter les manifestants, mais plutôt de discuter pour trouver une solution à leurs doléances.

demands_fishermen_associations_dakhla_25.05.2013_small.jpgComme Western Sahara Resource Watch l’a écrit précédemment, les associations de pêcheurs ont le 25 mai interdit l'entrée du port de Dakhla, pour protester contre la gestion irresponsable des stocks de poissons par le Maroc et contre l'exclusion socio-économique du peuple sahraoui au Sahara Occidental occupé. Après la manifestation, les pêcheurs ont annoncé que si leurs demandes n'étaient pas prises au sérieux, ils isoleraient le port jusqu'à nouvel ordre.

L'image de droite montre un document exposant les revendications des pêcheurs. Lire une traduction en anglais de ce document ici.

Les pêcheurs sahraouis appellent à une protection adéquate des ressources marines, veulent voir davantage des revenus du secteur de la pêche revenir au peuple sahraoui et le renvoi des fonctionnaires corrompus du secteur.

"Ils essaient de nous faire peur, pour que nous ne bloquions pas le port», dit l'un des pêcheurs. Il a poursuivi en disant que les convocations font partie d'une campagne plus large, dans lequel chaque sahraoui qui soutient le Maroc est utilisé pour exercer une pression sur ses parents pro-indépendance pour contrecarrer toutes nouvelles manifestations.

Au cours de la manifestation de samedi, les pêcheurs ont empêché le transport des sardines vers les  usines de transformations de El Aaiun - sardines dont les pêcheurs prétendent qu’elles ne sont pas incluses dans les statistiques officielles de capture, car ils sont le résultat de la surpêche. Au milieu de la manifestation, un gros camion a été intercepté, détruisant l’envoi entier de sardines.

Les associations sahraouies pêcheurs à Dakhla - Nawrass, « Les marins travaillant à bord des navires de pêche» et Qindil – organisent régulièrement des marches de protestation dénonçant le pillage des eaux du Sahara Occidental par le Maroc, et ils considèrent que cela ne profite pas au peuple sahraoui. Ils sont convaincus que le secteur de la pêche au Sahara Occidental rapporte des millions de recettes au Trésor marocain, mais qu’ils arrivent dans les mains d'un groupe de corrompus du régime, pas au peuple sahraoui.

Parmi ceux qui sont convoqués : Hamid El Koury Ould Elfaida (président de Nawrass), Mamettou Ould Magha (Secrétaire général de «marins travaillant à bord des bateaux de pêche » et président de Qindil), Mansour Ould Elfali (vice-président de Qindil), Kabbar Baray (membre de Nawras) et bien d'autres. Certains d'entre eux affirment avoir été menacés par la police.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi