Ex chef juridique de l'ONU préoccupé par l'abus de l'avis juridique
L’ancien Conseiller juridique de l'ONU Hans Corell a déclaré aux médias suédois que l'avis juridique rendu par le Conseil de sécurité en 2002 a été détourné par l'UE et les investisseurs du secteur pétrolier.
Mis à jour le: 08.10 - 2013 18:39Imprimez cette page    
La semaine dernière le fonds de pension du gouvernement suédois a annoncé qu'il s’était désinvesti de sociétés importatrices de phosphates du Sahara Occidental. Cependant, le même fonds a investi dans Total, la compagnie française détenant un permis offshore dans le même territoire.

Corell qui a œuvré comme sous-secrétaire général aux affaires juridiques de Kofi Annan a souligné le 6 octobre 2013 à l'agence d'information TT que toute affaire, y compris de reconnaissance pétrolière, est illégale s’il n’est pas prouvé qu'elle est en conformité avec la volonté du peuple le territoire.

" C'est un message très clair. Mais il a été détourné par l'UE et par d'autres qui ont essayé de l'interpréter autrement", a déclaré Corell à TT.

Il a souligné qu'il n'avait pas lu les détails des opérations actuelles de Total au Sahara Occidental, ni les investissements des fonds du gouvernement suédois dans l'entreprise.

Les gestionnaires de fonds suédois, a t’il ajouté a TT, "ne peuvent pas utiliser ma déclaration pour d'éviter d'agir sur les entreprises quant aux ressources naturelles du Sahara Occidental ».

Alors qu’Hans Corell était Conseiller juridique des Nations Unies, il a écrit pour le Conseil de sécurité une évaluation de la légalité des opérations de Total. Le rapport indique que de telles opérations pétrolières violent le droit international si le peuple du territoire n'y est pas consentant.

Corell et WSRW ont à plusieurs reprises constaté que l'UE a détourné l'avis juridique de l'ONU pour légitimer les activités de pêche de l'Union européenne dans le Sahara Occidental. «Je crois que l'on a mal interprété mon avis juridique au Conseil de sécurité d'une façon stupéfiante», a t’il déclaré par le passé. Voir le texte sur le détournement de l'avis par l'Union européenne en 2008. L'UE envisage encore maintenant de conclure un nouvel accord qui s'appliquera aux eaux du Sahara Occidental.

WSRW a récemment écrit un rapport sur les activités de Total au Sahara Occidental. Le fonds de pension du gouvernement suédois a investi environ 100 millions d'euros dans Total.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi