Nouveau rapport: le carburant de l'occupation
fuelling_the_occupation_610.jpg

La société suédoise Wisby Tankers AB est leader dans un métier controversé : fournisseur de produits pétroliers pour le Sahara Occidental.
Mis à jour le: 20.06 - 2014 19:59Imprimez cette page    
Western Sahara Resource Watch (WSRW) publie aujourd'hui un rapport décrivant les transports de produits pétroliers vers le Sahara Occidental occupé. Les résultats démontrent une forte implication de la société suédoise de transport Wisby Tankers.

Cette entreprise possède deux navires en partenariat avec ses acolytes marocains, et sa joint-venture Tankers Casablanca est de loin le plus important fournisseur de pétrole au Sahara Occidental. Ses deux navires, Wisby Argan et Wisby Cedar, sont entrés en service en 2010 et ont navigué en moyenne tous les douze jours avec des produits pétroliers dans les eaux territoire occupé.

Télécharger ici le rapport «Le carburant de l’occupation» .

Le volume des livraisons pétrolières est impressionnant : les navires fournissent au territoire occupé, une moyenne de plus d'un demi million de litres de pétrole chaque jour de l’année. Au total, WSRW estime que les deux navires-citernes de Wisby transportent annuellement 194 millions de litres de produits pétroliers vers le Sahara Occidental – soit pour une valeur estimée à 106 millions de  €US. Cela  constitue une grande part des peut être 250 à 280 millions de litres de pétrole livrés par an sur le territoire.

Les navires-citernes de Wisby font ce commerce depuis une décennie et le pétrole qu'ils transportent est utilisé pour maintenir l'occupation. Bien sûr les Sahraouis au Sahara Occidental ont également besoin de produits pétroliers à des fins civiles de vie quotidienne. Pourtant, le pétrole est surtout utilisé par l'administration marocaine, l'armée, les colons et pour le pillage des riches ressources naturelles du territoire. Sans les importations de pétrole, l'occupation illégale serait en pratique impossible à maintenir. Le pétrole provient de raffineries en Espagne, y compris sur les îles Canaries.

WSRW exhorte le gouvernement suédois à déconseiller à l'entreprise suédoise de poursuivre son implication commerciale au Sahara Occidental occupé, et demande à l'entreprise de mettre fin aux transports sur le territoire.

Télécharger ici la version haute résolution du rapport. (10 Mb, anglais)

  Le Carburant de l'Occupation


    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi