Kosmos Energy est en désaccord avec le bureau juridique de l'ONU
6474zaragoza_1_610_200.jpg

La compagnie pétrolière américaine Kosmos Energy a déclaré dans un communiqué qu'elle a le droit de forer au Sahara Occidental - s'opposant à l'avis du bureau juridique de l'ONU.
Mis à jour le: 10.07 - 2014 17:50Imprimez cette page    
En 2002, alors que la licence Boujdour au large du Sahara Occidental a été octroyée à une compagnie pétrolière, le bureau juridique de l'ONU a déclaré que toute nouvelle exploration serait en violation du droit international si elle était contraire à la volonté du peuple du territoire.

En 2006, cette licence a été transférée à Kosmos Energy, qui a maintenant l'intention de forer plus tard cette année. Kosmos Energy entreprend actuellement des études sismiques au large du Sahara Occidental – la dernière série d’étude sismique avant le forage dans le territoire occupé va commencer.

Dans une rare déclaration à la presse, Kosmos s'oppose à l'avis juridique de l'ONU :

"Même si c'est une situation compliquée, nous pensons qu'il s'agit d'une juste voie ici et que nous y sommes.... Le Maroc a le droit d'émettre ces licences [de forage]", a déclaré le vice-président senior de Kosmos Energy William Hayes.

"Nous ne sommes pas un groupe de gars de Dallas parti faire les bandits au Sahara Occidental en espérant que tout fonctionnera bien, [...] Nous sommes confiant dans les connaissances de base que nous avons, nous comprenons l'autre côté de la position, et nous pensons honnêtement que nous faisons la bonne chose en partenariat avec le Maroc", a t-il dit.

La déclaration a été faite à Foreign Policy.

De nombreuses manifestations ont eu lieu contre Kosmos les derniers mois. Certains manifestants ont été blessés par la police marocaine en essayant de manifester contre la compagnie. Le gouvernement sahraoui en exil a à de nombreuses reprises protesté contre les plans d'exploitation, à la fois devant l'ONU et auprès de la société elle-même.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi