Accord de pêche UE-Maroc : qui a montré un intérêt à ce jour ?
D'après ce que Western Sahara Resource Watch comprend, 65 permis délivrés ont jusqu'à présent été répartis comme suit : 56 pour l’Espagne, 1 pour la France, 3 pour la Lituanie, 2 pour la Lettonie, 1 pour les Pays-Bas et 2 pour le Portugal. Ce sont les chiffres au 18 septembre 2014.
Mis à jour le: 21.09 - 2014 01:05Imprimez cette page    
Un nombre limité des autres États membres de l'UE, comme l'Allemagne, L’Irlande, La Pologne, Le Royaume-Uni et l'Italie, pourront également demander des licences à l'avenir.

Les navires autorisés n’ont pas tous déjà commencé à pêcher. Un petit nombre de navires espagnols sont devenus actifs dans les eaux adjacentes au Maroc ce week-end, alors que seulement un navire, le Franziska, battant pavillon néerlandais, a été repéré au large de Dakhla, au Sahara Occidental occupé.  

Conformément à l'accord, les licences sont délivrées par le ministère marocain de l'Agriculture, du développement rural et des pêches maritimes, à la délégation de la Commission de l'UE au Maroc.

Il y a un total de 108 licences de pêche disponibles en vertu de l'accord de pêche UE-Maroc. Pas moins de 90 de ces licences ont été prévues pour l'Espagne. En outre, l'accord autorise le prélèvement annuel de 80.000 tonnes dans la lucrative catégorie pélagique industrielle, soit une hausse de 60.000 tonnes par an par rapport à l'accord précédent. Les 80.000 tonnes sont divisées en plus petits quotas qui sont accordés aux différents États membres de l'UE.

C’est particulièrement la catégorie pélagique qui va attirer les navires européens dans les eaux du Sahara Occidental, puisque les stocks pélagiques du Maroc sont largement épuisés. De grandes parties du Sahara Occidental, dans ses eaux, sont illégalement et brutalement occupées par le Maroc depuis 1975. Les activités économiques sur le territoire sont considérées comme une violation du droit international, sauf si elles sont en conformité avec les souhaits et les intérêts du peuple du Sahara Occidental - comme stipulé par le Bureau des affaires juridiques des Nations Unies.

Aucun Etat au monde ne reconnaît la revendication du Maroc sur le Sahara Occidental, pas plus que ne le fait l'Union Européenne - même si elle ne semble pas consciente de sa propre position lorsque les intérêts économiques purs et durs, comme la pêche, sont en jeu.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi