Les réfugiés sahraouis demandent à Glencore de quitter leur patrie
glencore_protest_camps_17_march_2015_610_200.jpg

Les réfugiés sahraouis manifestaient le 17 mars contre la compagnie suisse Glencore Plc, qui cherche du pétrole dans leur Sahara Occidental occupé. Voir les photos et vidéos de la manifestation ici.
Mis à jour le: 19.03 - 2015 18:31Imprimez cette page    
Glencore Plc, la multinationale de marketing et de production intégrée de matières premières basée en Suisse, est titulaire de deux permis d'exploration du gouvernement marocain pour les blocs pétroliers situés à l'extérieur des frontières internationalement reconnues du Maroc, dans la partie du Sahara Occidental que le Maroc a envahi et annexé en 1975.

Une grande partie du peuple sahraoui a fui de l'invasion du Maroc, et vit encore dans des camps de réfugiés dans le sud-ouest de l'Algérie. Le 17 mars 2015, dans un de ces camps, nommé d'après la ville de Dakhla dans leur pays, les réfugiés se sont regroupés pour montrer leur opposition à la recherche pétrolière de Glencore au Sahara Occidental. Les manifestants portaient des banderoles disant "Glencore rentre chez toi", "Cessez de voler notre avenir" et "Glencore nous ne vous voulons pas dans notre patrie".

L'exploration pétrolière viole le droit international précisé dans un avis juridique de l'ONU de 2002, qui qualifie en effet toute exploration et l'exploitation des ressources du Sahara Occidental d'illégale si elles ne sont pas menées en conformité avec les souhaits et les intérêts du peuple sahraoui - les habitants originaires du territoire au moment de l'invasion du Maroc.

Le peuple sahraoui s'oppose au programme pétrolier marocain dans ses terres occupées. Mais ni le Maroc, ni ses partenaires internationaux tels que Glencore, ne tiennent compte de ses avis et volonté.

L'ONU considère à ce jour le Sahara Occidental comme un territoire non autonome - une colonie qui doit achever son processus de décolonisation. Aucun État au monde ne reconnaît la revendication intenable du Maroc sur le territoire. La Cour internationale de justice a reconnu le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination - le droit de déterminer le statut du territoire et de ses ressources - qui est repris dans d'innombrables résolutions des Nations Unies et soutenu par la communauté internationale.



glencore_protest_camps_17_march_2015_610.jpg

glencore_protest_camps_17_march_2015_2_610.jpg

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi