Cairn Energy place le Sahara Occidental occupé au Maroc
cairnenergy_610.jpg

La compagnie Cairn Energy a lancé le 27 avril son rapport annuel dans lequel elle démontre son incompréhension complète du contexte du territoire occupé dans lequel elle est impliquée. L'Ancien Conseiller juridique des Nations Unies a déjà taxé l'opération effectuée de violation du droit international.
Mis à jour le: 31.03 - 2015 14:49Imprimez cette page    
"Un troisième puits au Maroc, au large du Sahara Occidental, le puits non exploité de Cap Boujdour, a commencé à être foré en décembre 2014", a déclaré Cairn Energy dans son rapport annuel publié le 27 mars 2014

Pourtant, aucun État au monde ne reconnaît le territoire comme faisant partie du Maroc. Un avis juridique de l'ONU déclare que toute exploration pétrolière au Sahara Occidental violerait le droit international si elle ne se déroule en conformité avec les souhaits du peuple du territoire.

"Les nombreuses références maladroites sur le Sahara Occidental dans le rapport annuel démontre que la conception de la responsabilité est superficielle. La compréhension du droit internationale au Sahara Occidental serait d'abord de savoir placer le territoire sur la carte", a déclaré Hagen.

En février, l'ancien Consel juridique de l'ONU a déclaré que l'opération de Kosmos Energy sur le territoire viole le droit international, après examen du contrat signé entre Kosmos et le Maroc.

Kosmos a été en lien avec les autorités marocaines et des associations pro-Maroc pour «prouver» que les habitants accueillent favorablement leur programme. Au Sahara Occidental, toute autre association est interdite par le gouvernement marocain, et le secrétaire général du réseau des ressources naturelles, parmi d'autres, purge une peine de prison à vie dans une prison militaire marocaine.

Pour en savoir plus sur les opérations de Kosmos Energy et Cairn Energy, voir le rapport WSRW "une plate forme pour un conflit".

Plus de 100 résolutions de l'ONU appellent au respect du droit à l'autodétermination pour le peuple du Sahara Occidental, mais le Maroc refuse de coopérer pour organiser le référendum convenu sous l'égide de l'ONU. La Cour internationale de Justice a jugé sans fondement les revendications du Maroc sur le territoire, et exhorté à l'application du droit à l'autodétermination.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi