Les importateurs d'engrais néo-zélandais défendent leurs importations
L'Association néo-zélandaise des engrais, représentant les compagnies importatrices controversées en Nouvelle-Zélande déclare à la télévision nationale être "au courant de ce qui se passe au Sahara Occidental mais qu'il n'y a aucune raison de ne pas utiliser la roche phosphatée de la zone".

Mis à jour le: 31.03 - 2015 16:15Imprimez cette page    
Les deux compagnies d'engrais Ballance Agri-Nutrients Ltd et Ravensdown fournissent toutes les engrais sur le marché néo-zélandais. Presque tous ces engrais sont basés sur le phosphate d'une compagnie appartenant à l'État marocain et opérant au Sahara Occidental occupé. La question a été couverte par la New Zealand government broadcaster One News le 29 mars 2015.

Le rapport de Western Sahara Resource Watch "P pour Pillage - 2014", lancé en Nouvelle-Zélande 16 mars 2015, démontre que la nation du Pacifique est le troisième plus grand importateur de la roche controversée du territoire occupé. Le ministre des Industries primaires de Nouvelle-Zélande a déclaré à One News qu'il n'était pas pleinement conscient des origines des engrais.

"Utiliser des minéraux qui ont été effectivement prélevés par une puissance occupante, je pense est tout à fait contraire à l'éthique», a déclaré le chef de file des Verts en Nouvelle-Zélande, Russel Norman.

L'Association d'engrais de la Nouvelle-Zélande a publié le 23 mars 2015, un communiqué de presse soulignant que ses compagnies continueront les importations de phosphates du Sahara Occidental. L'association dispose de deux compagnies membres - Ballance et Ravensdown.

L'association a déclaré à One News que «l'Association d'engrais est au courant de ce qui se passe au Sahara Occidental mais il n'y a aucune raison de ne pas utiliser la roche phosphatée de la zone".

Le territoire du Sahara Occidental est considéré par les Nations Unies comme une question coloniale en suspens, et il est partiellement sous occupation du Maroc son voisin. Les exportations de phosphates constitue le revenu principal du Maroc sur le territoire.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi