Siemens et Enel vont construire des parcs éoliens sur terres occupées
22_610_200.jpg

La compagnie germano-danoise Siemens Wind Power et de l'italien Enel Green Power ont remporté l'appel d'offres pour la construction de cinq parcs éoliens au Maroc. Néanmoins, deux des parcs prévus sont situés à l'extérieur du Maroc, et à l'intérieur Sahara Occidental occupé. WSRW leur avait déconseillé de prendre part à l'appel d'offres.
Mis à jour le: 17.12 - 2015 23:39Imprimez cette page    
Photo ci-dessus : les usines Siemens arrivées au port d'El Aaiun au Sahara Occidental occupé en mars 2013.

Le journal marocain L'Economiste révèle que le consortium Siemens Wind Energy, Enel Green Energy et Nareva a remporté l'appel d'offres émis par l'office marocain d'électricité l'Onee au début de 2012, pour la construction de cinq parcs éoliens d'une puissance combinée de 850 MW.

Deux de ces parcs éoliens seront situés à l'extérieur des frontières internationalement reconnues du Maroc, et dans le trois quarts du territoire non autonome du Sahara Occidental que le Maroc maintient sous occupation militaire depuis 1975.

En 2013, WSRW a publié  un rapport sur les projets d'énergie éolienne, "la sale marche verte".

Plusieurs autres médias rapportent la victoire de Siemens-Nareva-Enel, bien que l'Onee lui même n'ait pas encore fait d'annonce sur son site Internet. Toutefois, l'information peut être considéré comme crédible. Sur les cinq consortiums qui étaient encore en course, Siemens et Enel ont été les seuls à combiner leurs forces avec une entreprise marocaine, Nareva, détenue par la SNI holding, propriété de la famille royale du Maroc. Une source anonyme a confirmé l'information à Bloomberg.

La famille royale marocaine profite en grande partie d'entreprises au Sahara Occidental à la fois sur les énergies renouvelables, et dans le secteur agricole.

WSRW a demandé à plusieurs reprises aux dirigeants de Siemens s'ils avaient sollicité le consentement du peuple du territoire.
WSRW a également demandé à Siemens et Enel spécifiquement de ne pas participer à l'appel d'offres qu'ils viennent de gagner. Enel n'a jamais répondu. Siemens a toujours esquivé la question.

L'échec de l'Union Européenne à prendre en considération le peuple du Sahara Occidental dans son partenariat de libre-échange avec le Royaume du Maroc a conduit la Cour de justice à annuler l'accord commercial UE-Maroc la semaine dernière. Les projets de Siemens au Sahara Occidental relève de la même illégalité s'ils ne demandent pas le consentement des Sahraouis.

Les deux usines qui sont prévues au Sahara Occidental occupé ont un potentiel combiné de 400 MW : une usine de 300 MW sera construite dans Tiskrad, près de la capitale du Sahara Occidental El Aaiun. Une autre usine de 100 MW sera construite près de Boujdour, situé le long de la côte du territoire occupé.

Siemens Wind Energy est un fabricant d'éoliennes établi au Danemark en 1980 comme Danregn Vindkraft, plus tard connu comme Bonus Energy. Bonus Energy a été acquis par le conglomérat multinational allemand Siemens en 2004. Enel Green Power est une société d'énergie renouvelable italienne.

L'ensemble du programme de 850 MW est d'un coût estimé à 1,24 milliards €. Les médias marocains prétendent qu'il existe déjà des engagements financiers de la Banque européenne d'investissement, la Banque africaine de développement, l'Union européenne et la KfW Bank appartenant au gouvernement allemand.

La mise en service de l'ensemble des cinq parcs éoliens, dont les deux sur des terres occupées, est attendu de 2017 à 2020. L'ensemble du programme fait partie des ambitions du Maroc de faire provenir 42% de sa capacité d'électricité de sources renouvelables. En ce qui concerne l'énergie éolienne, l'objectif est d'atteindre une capacité de 2000 MW d'ici à 2020. Près d'un quart de cette capacité viendra de parcs éoliens au Sahara Occidental occupé.

Le Maroc a annoncé à la COP21 qu'il a fixé un nouvel objectif de 52% d'électricité à partir de ressources renouvelables pour 2030.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi