Une délégation américano-canadienne expulsée du Sahara Occidental
checkpoint_17.01.2016_610.jpg

Une canadienne et un Américain  ont été expulsés aujourd'hui du Sahara Occidental occupé. Les deux voulaient interviewer les Sahraouis sur l'exploitation américano-canadienne des ressources naturelles du territoire.
Mis à jour le: 17.01 - 2016 22:59Imprimez cette page    
Photo ci-dessus : prise au check point de la police au moment où T. Espey et M. Foster étaient retenus à l'intérieur.

fosterespey_350.jpgLa citoyenne canadienne Tess Espey et le citoyen américain Michael Foster se sont rendus ce matin au Sahara Occidental pour interviewer les Sahraouis sur l'exploitation des ressources naturelles de leur territoire.

Le Canada est, de loin, un importateur clé des phosphates du Sahara Occidental. Tess Espey est de Vancouver, le port qui reçoit la plus grande part des phosphates du Sahara Occidental. L'importateur local est Agrium, une entreprise de production d'engrais.

La délégation a pris le bus de Marrakech la nuit dernière, et est arrivé au check point d'El Aaiun à 11 heures ce matin, le 17 janvier.

La police a dit qu'elle doutait que Tess Espey et Michael Foster soient arrivés à El Aauin pour faire du tourisme. Autour de 13 heures, ils ont été déportés dans un taxi avec d'autres étrangers.

5 autres délégations étrangères ont aujourd'hui été chassés des territoires occupés, dont des personnes en provenance de Norvège, de Pologne et des Pays-Bas.

"C'était tout à fait infaisable. A ce stade, nous ne pouvions rien faire pour entrer dans la ville. Nos raisons sont tout à fait légitimes, mais il n'y avait aucun moyen que nous passions pour entrer", a déclaré M. Foster à Western Sahara Resource Watch.

"Je pense qu'il est embarrassant que les entreprises canadiennes jouent un rôle central dans l'exploration des ressources du Sahara Occidental. Elles doivent cesser. C'est injuste, et étaye les violations des droits humains. C'est contre toutes les valeurs morales que le Canada tente de promouvoir sur la scène mondiale", a déclaré Tess Espey.

Durant les dernières semaines les Sahraouis chômeurs ont manifesté quotidiennement dans les territoires occupés.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi