Rapports de siège alors que les manifestations continuent à El Aaiun
2512ocp_protest_17_december_2016_600_200.jpg

Alors que les manifestations contre le mépris par le Maroc de droits humains sociaux et économiques des Sahraouis sont devenus informations quotidiennes au Sahara Occidental occupé, des témoins oculaires signalent un siège de la police contre la grève de la faim des diplômés sahraouis.
Mis à jour le: 19.01 - 2016 21:09Imprimez cette page    
Des sources sur le terrain déclarent que les forces de sécurité marocaines ont bloqué l'entrée de l'appartement d'El Aaiun où un groupe de plus d'une douzaine de diplômés chômeurs sahraouis mènent une grève de la faim depuis le 12 janvier 2016. Les sympathisants ne sont pas autorisés à entrer dans le bâtiment. En outre, un convoi de véhicules militaires est stationnée près du batiment, et des rumeurs disent que la police prévoit de dégager les grévistes de la faim par la force. Le siège est dit avoir commencé dans les premières heures de lundi matin, 18 janvier.

Depuis des mois, les diplômés chômeurs sahraouis organisent à El Aaiun des manifestations pacifiques contre les pratiques discriminatoires à l'emploi par l'OCP, la compagnie nationale de phosphate du Maroc. Ils exigent l'arrêt de la marginalisation systématique des Sahraouis dans leur propre pays. Le groupe, opérant sous le nom OCP Skills Sahara, appelle au respect du droit au travail, en particulier à propos de l'exploitation par le Maroc des ressources naturelles du Sahara Occidental. Sans exception, les manifestations, ayant lieu maintenant presque tous les jours, sont attaquées avec violence de la part des forces de sécurité marocaines.

Voir ci-dessous les vidéos de la manifestation d'hier à El Aaiun, la capitale occupée du Sahara occidental.

Ce qui a commencé en manifestations régulières c'est multiplié dans des manifestations quasi quotidiennes, déclenchées par la promesse de l'OCP en novembre dernier de créer 500 nouveaux emplois dans l'usine de phosphate du Sahara Occidental, Phosboucraa. Il est rapidement devenu évident que la plupart de ces nouveaux postes ne seraient pas accessibles aux Sahraouis, et que les critères de qualification leur étaient tout simplement hors de portée. Les Sahraouis vivent aujourd'hui comme une minorité marginalisée dans leur propre pays et, souvent, ne peuvent pas se permettre d'accéder à l'enseignement supérieur. En 40 ans d'occupation, le Maroc n'a pas établi une seule université au Sahara Occidental.

Les Sahraouis déplorent depuis longtemps avoir été systématiquement remplacés par des colons marocains depuis que l'OCP a repris les mines de phosphate suite à l'annexion violente de la plus grande partie du Sahara Occidental par le Maroc.

En octobre dernier, le Comité onusien des droits économiques, sociaux et culturels a déclaré que les Sahraouis sont en effet particulièrement touchés par la pauvreté, et a exprimé sa préoccupation que les droits des Sahraouis à disposer de leurs ressources naturelles n'est toujours pas respecté. En particulier, le Comité a exhorté le Maroc à respecter les droits des Sahraouis à être informés et à donner leur consentement préalable à l'exploitation de leurs ressources.

Les photos ci-dessous ont été prises lors de la manifestation d'hier à El Aaiun. Les manifestants ont scandé des slogans sur les droits humains et le droit de travailler, et ont appelé à une «fin de la politique du Maroc de marginalisation systématique des Sahraouis".


ocp_protest_17_december_2016_2_610.jpg

ocp_protest_17_december_2016_3_610.jpg

ocp_protest_17_december_2016_5_610.jpg

ocp_protest_17_december_2016_4_610.jpg

ocp_protest_17_december_2016_7_610.jpg

ocp_protest_17_december_2016_8_610.jpg

ocp_protest_17_december_2016_10_610.jpg

ocp_protest_17_december_2016_9_610.jpg

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi