Cause Sahara: un fonds de pension du Luxembourg sort de Kosmos Energy
6474zaragoza_1_610_200.jpg

Le fonds du gouvernement luxembourgeois a mis la compagnie pétrolière américaine Kosmos Energy en liste noire en raison de son "association à l'exploitation illégale des ressources naturelles (Sahara Occidental)".
Mis à jour le: 24.01 - 2016 21:23Imprimez cette page    
Le 15 novembre 2015, le Fonds de Compensation commun au régime général de pension (FDC), a publié sa liste actualisée des entreprises qu'il a décidé de mettre sur sa liste noire. Cette liste inclut la compagnie pétrolière américaine Kosmos Energy Ltd, la première compagnie de l'histoire du Sahara Occidental à avoir foré à but d'exploration sous occupation marocaine.

En octobre 2014, WSRW a publié un rapport au sujet de l'exploration pétrolière de Kosmos Energy au Sahara Occidental, documentant les effets dévastateurs des activités de la compagnie sur le processus de paix mené par l'ONU au Sahara Occidental. Le rapport "Plate-forme pour un conflit» peut être téléchargé ici.

Ce n' est pas la première fois que le FDC exclut des entreprises de ses portefeuilles du fait de leur connexion au Sahara Occidental. En 2014, le Fonds a annoncé qu'il s'était désengagé de six entreprises qui sont des acheteurs connus des phosphate du Sahara Occidental occupé : les canadiennes Agrium Inc  et Potash Corp Sasketchewan, les australiennes Wesfarmers et Incitec Pivot Ltd et les états-uniennes Innophos Holdings et FMC Corporation. Le Fonds a cité alors la même raison actuellement invoquée dans le cadre de la cession des actions de Kosmos Energy : «association à l'exploitation illégale des ressources naturelles au Sahara Occidental".

La liste d'exclusion de FDC mentionnant la liste noire de Kosmos Energy, peut être téléchargée ici.

Le Conseiller juridique des Nations Unies a déclaré en 2002 que toute exploration pétrolière au Sahara Occidental serait illégale si le peuple n'y consent pas. Le peuple du Sahara Occidental a systématiquement opposé aux programmes d'exploration pétroliers depuis.

En octobre 2015, le Comité des droits économiques, sociaux et culturels à Genève a également souligné la nécessité pour le Maroc de respecter les droits des Sahraouis à être informé et à donner leur consentement préalablement à l'exploitation de leurs ressources. Cela n'a pas été le cas pour le forage Kosmos.


    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi