Échange droits sahraouis contre migrants marocains
visa.jpg

Plusieurs États membres de l'UE ont publié des déclarations indiquant leur soutien à la décision du Conseil de faire appel de la décision de la Cour européenne d'annuler l'accord agricole de l'UE avec le Maroc. Mais pourquoi quelle raison, vraiment ?
Mis à jour le: 18.03 - 2016 23:11Imprimez cette page    
La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a décidé le 10 décembre 2015 d'annuler l'accord agricole UE-Maroc dans la mesure où il a été appliqué au Sahara Occidental - un territoire non autonome qui est en grande partie sous contrôle militaire marocain depuis 1975 .

Le Maroc n'a pas du tout apprécié.

Le 25 février, le Maroc a déclaré qu'il arrêterait toute communication avec l'Union Européenne - une confirmation officielle de ce que la plupart des fonctionnaires de l'UE avaient déjà observé dans la pratique. Le Maroc n'a pas apprécié que sa «souveraineté» sur le Sahara Occidental soit maintenant remise en question. La Cour a déclaré que le Maroc n'a aucun mandat pour administrer le Sahara Occidental. Aucun État au monde ne reconnaît la revendication du Maroc sur son voisin du sud.

Le Maroc a non seulement fermé les lignes de communication, il refuse également la coopération dans des programmes bilatéraux de plusieurs millions, y compris sur des exercices de sécurité. Comme si son intransigeance sur les programmes anti-terroristes ne suffisait pas à énerver les décideurs européens, jouer agressif sur l'accord de réadmission envisagé de l'UE a apparemment pour résultat la paralysie. L'UE avait de grands espoirs d'un accord avec le Maroc par lequel l'Union pourrait renvoyer les Marocains qui sont en situation illégale dans les États membres. Bien que la question soit sur la liste de souhaits de l'UE depuis 2000, la nécessité d'un tel arrangement a acquis un sentiment d'urgence depuis que se multiplient les plaintes sur la conduite des immigrés marocains dans les différents États membres (par exemple à Cologne).

Des sources proches de la Commission ont confirmé à WSRW que le Maroc refuse de collaborer. Il ne reprendra pas ses propres ressortissants. L'obstination du Maroc a incité plusieurs États membres à partir en solo. Avec succès - bien que conditionnel. Le gouvernement belge a obtenu avec les Marocains un accord très désiré de retour des migrants, mais il soutient maintenant officiellement l'appel du Conseil contre l'annulation de l'accord agricole UE-Maroc au Sahara Occidental. Le Premier ministre belge Charles Michel a officiellement déclaré cela à Rabat. Un article paru dans l'important journal belge De Standaard le 3 mars est intitulé "Dommage que la Belgique fasse la courbette devant le Maroc".

"Ce n'est pas qu'une affaire de tomates et de sardines. C'est une affaire politique, géostratégique très importante" Le Premier ministre marocain Abdel Ilah Benkiran, le 29 février 2016.. Les médias marocains rapporte que l'Allemagne va également intervenir au nom du Maroc dans l'appel, ce que le ministre de l'Intérieur allemand Thomas de Maizière aurait annoncé à Rabat le 29 février 2016. Le gouvernement fédéral allemand a publié le même jour sur son site Internet avoir conclu un accord de réadmission avec le Maroc.

"Remarquable comment l'Allemagne - considéré comme un exemple dans le traitement de la crise des réfugiés - agit maintenant contre les intérêts de personnes obligées de fuir leur pays à cause du Maroc : les réfugiés sahraouis ", dit Axel Goldau, coordinateur de WSRW pour l'Allemagne.

La Suède, le gouvernement de l'UE à la plus forte position sur le Sahara Occidental, avait depuis longtemps essayé de trouver un accord avec le Maroc sur le sort des centaines de garçons marocains qui se sont soudainement mis à vivre dans les rues des grandes villes de Suède. Le Suède voulait les rapatrier au Maroc, mais le Maroc n'a pas voulu les recevoir. "Les enfants des rues marocains sont devenus des pions dans le jeu sur le Sahara Occidental", a commenté un journaliste suédois. Un accord visant à rapatrier les centaines d'enfants a finalement été conclu entre les gouvernements de Suède et du Maroc, deux jours après que la Suède ait annoncé sa décision de faire demi-tour sur la politique du Sahara Occidental en ne reconnaissant pas la république du Sahara Occidental comme les partis de gouvernement et le parlement le voulait, et un mois après que la Suède ait étonnamment rejoint les autres États de l'UE dans leur appel de la décision de la cour européenne.

Un scénario inverse se joue aux Pays-Bas, bien qu'ils ait un accord de réadmission en place. Comme le gouvernement néerlandais a décidé de mettre fin à l'ancien accord de sécurité sociale vieux de quarante ans en raison de la demande quitte ou double du Maroc d'appliquer l'accord au Sahara Occidental, le Maroc refuse de reprendre les Marocains résidant illégalement aux Pays-Bas. En 2015, le gouvernement néerlandais a fait 215 demandes à Rabat; entre zéro et cinq d'entre elles ont été satisfaites. Le ministère arrondit à cinq le plus proche. Les 20 demandes émises en janvier de cette année n'ont pas reçu de réponse. Le gouvernement marocain accuse les Néerlandais pour leur position sur le Sahara Occidental dans la bagarre pour la sécurité sociale.

Quand les États de l'UE poussent la Cour de justice européenne pour favoriser la position marocaine, le perdant est le peuple du Sahara Occidental. La moitié des Sharaouis vivent comme réfugiés dans le désert de l'Algérie depuis 40 ans, alors que le Maroc en partenariat avec l'UE exploite illégalement les ressources de leur territoire.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi