Pas de commerce avec le Sahara Occidental, dixit le Parlement danois
danish_parliament.jpg

Jeudi 2 juin le Parlement danois a adopté à l'unanimité une motion sur le Sahara Occidental qui pousse les entreprises danoises et le secteur public danois à ne pas faire de commerce avec la dernière colonie d'Afrique.
Mis à jour le: 10.06 - 2016 00:21Imprimez cette page    
Par Peter Kenworthy pour Afrika Kontakt.

Dans la motion, "le Parlement danois décourage l'engagement des institutions publiques dans les territoires contestés ainsi que l'achat de marchandises en provenant, territoires tels que le Sahara Occidental, et exhorte en outre les entreprises danoises à faire preuve de vigilance, sauf si ces opérations sont profitables à la population locale ».

Les entreprises doivent se conformer à cette motion, a déclaré le ministre.

Au cours du débat qui a précédé le vote, le ministre danois des Affaires étrangères Kristian Jensen a affirmé qu'il veillerait à ce que les entreprises danoises connaissent la motion et la position du Parlement danois sur le Sahara Occidental.

«Nous voulons que les entreprises danoises connaissent et se conformer aux lois qui sont adoptées par le Parlement danois. Le ministère des Affaires étrangères prendra contact avec des organisations telles que la Confédération de l'industrie danoise, afin de les informer sur la position du Parlement et du gouvernement danois sur le Sahara Occidental ", a déclaré Kristian Jensen lors du débat parlementaire qui a précédé le vote.

Kristian Jensen a également déclaré que le gouvernement danois soutient et agit sur l'une des autres questions mentionnées dans la motion, soit que de la mission de maintien de la paix de l'ONU au Sahara Occidental, la MINURSO, doit avoir un mandat pour surveiller et protéger les droits de l'homme au Sahara Occidental.

Le risque de guerre

Six députés danois de différents partis avaient proposé la motion et lancé le débat parlementaire. Finalement tous les partis danois, de l'alliance socialiste Rouge-Vert à au parti anti immigration le Parti du peuple danois, ont voté pour la motion.

Selon le député de l'Alliance rouge-vert Christian Juhl, qui était l'un des députés qui a proposé la motion, il y a eu de nombreux développements en ce qui concerne le conflit du Sahara Occidental au cours des dernières années, qui les avait contraints à proposer la motion.

Source : Afrika Kontakt

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi