PotashCorp ignore les propriétaires de son énorme cargaison du Sahara
refugees_protest_phosphate_canada_610_200.jpg

Seulement trois semaines après que près d'un tiers de ses actionnaires aient demandé une révision de ses importations du Sahara Occidental occupé, l'entreprise canadienne d'engrais PotashCorp attend une cargaison géante de roche phosphatée provenant du territoire occupé.
Mis à jour le: 10.06 - 2016 00:30Imprimez cette page    
Le 30 mai, un navire géant transportant 70 000 tonnes de minerai de phosphate a quitté le Sahara Occidental et vogue vers l'usine de PotashCorp en Louisiane, aux États-Unis. Le navire, Le Marto, un vraquier battant pavillon des îles Marshall est arrivé dans les territoires occupés le 9 mai.

Le 10 mai, lors de l'assemblée générale annuelle de PotashCorp, 31,6 % des actionnaires de la compagnie avait demandé une évaluation indépendante des droits de l'homme en rapport avec les risques de ses opérations au Sahara occidental.

La mine de phosphate au Sahara Occidental est situé dans la partie du Sahara Occidental qui est illégalement occupée par le Maroc depuis 1975. La mine est exploitée par la compagnie nationale marocaine des phosphate l'OCP (Office Chérifien des Phosphates). En 2002, le conseiller juridique du Conseil de Sécurité des Nations Unies a conclu que l'exploitation ou l'exploration des ressources naturelles du Sahara Occidental constitue une violation du droit international si elle est effectuée au mépris des souhaits et les intérêts du peuple sahraoui. Les Sahraouis, vivant sous l'occupation marocaine ou déplacés dans des camps de réfugiés en Algérie, se sont toujours prononcés contre le commerce des phosphates.

PotashCorp est classé en 2015 comme le plus grand importateur de phosphates du Sahara Occidental. Le rapport WSRW "P pour Pillage" 2015, publié en avril de cette année, a révélé que la société avait importé environ 474 000 tonnes, d'une valeur d'environ 56,5 millions $ US . La société maintient qu'elle ne peut pas arrêter l'importation car cela signifierait un «jugement politique» de sa part.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi