La VP du Parlement africain expulsée était accréditée Cop22
beiruk.jpg

Voir le document d'accréditation de la Vice-Présidente du Parlement panafricain ici.
Mis à jour le: 10.11 - 2016 18:48Imprimez cette page    
Le service d'information Inner City Press a publié aujourd'hui le document d'accréditation de Suelma Beirouk du Sahara Occidental.

Voir le document d'accréditation ici.

La confirmation suit d’un jour la déclaration de l'ambassadeur du Maroc à l'ONU, Omar Hilale, affirmant que Suelma Beirouk n'était pas accréditée.

Suelma Beirouk a été expulsée du Maroc le 7 novembre, à son arrivée pour assister à la COP22. Suelma  Beirouk est originaire du Sahara Occidental, un pays sous occupation du Maroc. Suelma Beirouk est vice-présidente du Parlement panafricain et devait participer avec la délégation panafricaine en tant qu'observateur.

« Ils m'ont empêché d'entrer à la COP, ils ne me l'ont pas permis. J'ai été enregistrée et ils ne m'ont pas laissée entrer parce que je suis sahraouie », a-t-elle déclaré à Climate Change News.

La CCNUCC, le Département du climat de l'ONU, a déclaré hier avoir demandé des précisions de la part des autorités marocaines au sujet de l'expulsion de Suelma Beyrouk.

Dernièrement, des média indiquent que toute la délégation du Parlement panafricain s'est retirée de la COP22 pour protester. Cela n'a pas été confirmé par des sources officielles.

Pendant ce temps, le Maroc utilise la Cop22 pour présenter ses projets d'énergies renouvelables au Sahara Occidental occupé, le territoire que Suelma Beyrouk a dû quitter du fait de l'invasion violente par le Maroc. Le Maroc cherche à ancrer son occupation au Sahara Occidental en faisant dépendre son approvisionnement énergétique du territoire. Lire la suite dans le rapport de WSRW publié le 2 novembre, détaillant comment les projets marocains d'énergie verte alimentent son pillage du territoire.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi