Vigeo Eiris affirme que le consentement sahraoui n'est pas nécessaire
vigeoeiris_b_610.jpg

121 jours se sont écoulés depuis que WSRW a interpellé Vigeo Eiris sur la certification des projets énergétiques marocains au Sahara Occidental occupé. L'entreprise, qui conseille les investisseurs en matière de droits de l'homme, déclare maintenant que la recherche d'un consentement sahraoui n'est pas pertinente.
Mis à jour le: 24.04 - 2017 21:22Imprimez cette page    
Cette semaine, Western Sahara Resource Watch a découvert que Vigeo Eiris avait, le 6 avril 2017, envoyé un courrier électronique au Business and Human Rights Resource Center (BHRRC) concernant sa certification controversée d'obligations pour l'infrastructure énergétique saoudienne et marocaine au Sahara Occidental occupé. La lettre de Vigeo Eiris fait suite aux préoccupations de WSRW précédemment publiées sur le même site.

Cependant, Vigeo Eiris n'a toujours pas répondu aux questions que WSRW lui a directement envoyé le 23 décembre 2016. Aucune copie de la lettre adressée à BHRRC n'a été envoyée à WSRW.

Vigeo Eiris est largement implanté sur le marché marocain et affiche régulièrement des positions fortes et pro-marocaines sur l'occupation du Sahara Occidental. Le 3 mars, WSRW a publié un article résumant le scandale de Vigeo Eiris concernant la facilitation par l'entreprise de projets situés dans le territoire occupé, incluant des copies de notre correspondance. L'entreprise a précisé qu'elle n'a pas effectué d'audit préalable.

Dans le nouvel énoncé de l'entreprise, elle souligne n'être pas légalement tenue de demander le consentement des Sahraouis.

"Vigeo Eiris argumente maintenant au-delà de sa propre raison d'être. L'approche profondément légaliste de l'entreprise permet de douter de sa compréhension de l'idée de responsabilité d'entreprise et ses propres obligations. Vigeo Eiris doit, comme toute autre entreprise, évaluer les implications de ses opérations sur les droits de l'homme. Notre correspondance avec l'entreprise suggère qu'elle méprise fondamentalement cet aspect. Le simple fait qu'elle refuse de répondre aux questions de la société civile suffit à indiquer que quelque chose est profondément vicié dans la politique de responsabilité sociale de l'entreprise", a déclaré la présidente de WSRW, Joanna Allan.

"Nous demandons vivement à l'entreprise de répondre aux questions que nous avons posées après qu'elle ait confirmé son implication. Ces réponses éclairerait ce que signifie l'affirmation actuelle que le consentement n'est pas nécessaire au Sahara Occidental. Nous recommandons à Vigeo Eiris de demander une audit externe avant d'envisager de certifier d'autres projets sur les terres occupées, et de se procurer des conseils sur le consentement sahraoui auprès du Comité des droits de l'homme de l'ONU, de la Cour de justice de l'UE et du Conseiller juridique de l'ONU. Les clients de Vigeo Eiris auront intérêt à étudier notre déconcertante correspondance avec l'entreprise ", a déclaré Allan.

La Cour de justice de l'UE a jugé, le 21 décembre, que les accords UE-Maroc ne peuvent couvrir le Sahara Occidental que si le peuple sahraoui y a consenti.

D'autre part, la nouvelle formulation du 6 avril de Vigeo Eiris :
- ne répond pas aux questions soulevées par WSRW et n'a toujours jamais répondu au courrier de WSRW du 23 décembre.
- utilise à nouveau une terminologie à propos du territoire qui est profondément provocatrice pour la plupart des Sahraouis («provinces du Sud du Maroc») et qui ne correspond pas à aucune terminologie acceptée ou onusienne.
- donne de la crédibilité à l'émetteur de l'obligation, la Masen, comme si cette société avait le droit d'être présente dans le territoire occupé ou de «rendre compte des conditions socio-économiques des populations locales».
- fait référence à un prix décerné par Clean Bonds Initiative (CBI ne répond pas aux mêmes questions, WSRW lui a écrit trois fois).
- répète sa prétention à « chercher à ne pas intervenir» dans le conflit, alors que c'est exactement ce qu'elle a fait.

Lire ci-dessous le texte intégral de la déclaration de Vigeo Eiris du 6 avril au Business and Human Rights Resource Centre :

vigeoeiris_06.04.2017_450.jpg

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi