Les Sahraouis au chômage installent un camp de protestation au Sahara
protest_610.jpg

"Nous n'avons d'autre choix que de mettre en place un deuxième camp de protestation Gdeim Izik", disent les manifestants sahraouis privés de leurs droits au Sahara Occidental occupé.
Mis à jour le: 26.04 - 2017 22:10Imprimez cette page    
Dans la matinée du lundi 24 avril, des dizaines de Sahraouis au chômage ont quitté leur ville natale d'El Aaiun pour planter leurs tentes dans une région désertique proche de la ville.

Les manifestants disent que le manque d'attention du gouvernement marocain pour leurs revendications légitimes - le droit au travail et la dignité, en particulier - les oblige à mettre en place "un second Gdeim Izik". Les Sahraouis au chômage considèrent leur situation comme d'autant plus tragique que les ressources naturelles sont abondantes au Sahara Occidental. Ressources sur lesquelles ils ne peuvent rien dire, ni ne peuvent partager les bénéfices que le Maroc reçoit pour les exploiter.

À l'automne 2010, des milliers de Sahraouis ont participé au camp appelé Gdeim Izik dans une zone désertique près d'El Aaiun. Ils ont séjourné sur le site de Gdeim Izik dans des tentes pendant des semaines pour dénoncer l'exclusion sociale et économique du peuple sahraoui dans leur propre pays occupé. Le 8 novembre 2010, l'armée marocaine avait pris d'assaut et a démoli le camp. Des centaines de sahraouis ont été arrêtés dès le lendemain, et alors que la plupart ont été relâchés au fil du temps, un groupe de 25 hommes - certains d'entre eux défenseurs des droits de l'homme et de l'indépendance - ont finalement été présentés devant un tribunal militaire qui, en février 2013, les a condamnés à des peines sévères allant de 20 ans de réclusion à la perpétuité. Après la condamnation internationale du procès, qui a démontré peu de respect des règles minimales d'un procès équitable, les tribunaux marocains ont annoncé un nouveau procès devant un tribunal civil. Cela devrait avoir lieu le 8 mai. En savoir plus sur Gdeim Izik ici.

ce41f.jpg

d.jpg

e.jpg

b.jpg

c.jpg

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi