Ballance Agri-Nutrients admet être l'acheteur du fret saisi
ballance8_610.jpg

La compagnie qui ne répond guère aux préoccupations concernant ses importations de phosphates de conflit du Sahara Occidental occupé a maintenant commencé à communiquer.
Mis à jour le: 04.05 - 2017 13:23Imprimez cette page    
Le producteur d'engrais néo-zélandais Ballance Agri-Nutrients a admis auprès des médias du pays que la cargaison retenue en Afrique du Sud cette semaine est pour son entreprise.

Le PDG Mark Wynne a déclaré à Radio NZ le 4 mai que cette cargaison constitue un quart de ses importations pour l'année. Il a déclaré que son problème était que si la question du navire détenu n'est pas résolue immédiatement, mais cela pourra prendre plusieurs semaines.

WSRW a contacté Ballance Agri-Nutrients en 2014, 2015, 2016, 2017. Nous n'avons jamais reçu de réponse à nos questions.

En 2015, quand Nouvelle-Zélande TV a fait une émission sur les importations, Ballance a refusé de commenter. Au lieu de cela, peu de temps après la couverture médiatique néo-zélandaise, Ballance a publié une mise à jour de ses actionnaires.

Nouveau rapport sur le commerce mondial des phosphates du Sahara occidental occupé

ic_india_610.jpgPour plus de 200 millions de dollars de phosphate rock ont été expédiés hors du Sahara Occidental occupé l'année dernière, un nouveau rapport de WSRW le démontre. La Nouvelle-Zélande est le deuxième importateur, révèle le rapport.
Dans cette affaire, la compagnie a déclaré qu'elle avait "reçu des conseils selon lesquels les opérations d'OCP au Sahara Occidental répondaient aux exigences du droit international, en particulier les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et de l'Assemblée générale des Nations Unies, et que le commerce des ressources se déroule d'une manière compatible avec les besoins, les intérêts et les souhaits de la population locale".

La déclaration est particulière.
  • Ni le Conseil de sécurité, ni l'Assemblée générale n'ont adopté de résolutions sur le commerce avec des ressources du Sahara Occidental en particulier. Ce que l'Assemblée générale fait, cependant, consiste généralement à adopter des résolutions sur le pillage des colonies, et il a demandé au Maroc de mettre fin à l'occupation.
  • Ballance n'a pas fourni d'informations sur les auteurs du conseil de l'OCP. Le rapport WSRW P pour le pillage 2016 mentionne une réfugiée sahraouie qui a contacté l'OCP 19 fois pour obtenir des copies de ces avis qui montreraient que son peuple souhaite que le commerce ait lieu, et qu'il en profite. Elle n'a jamais eu de réponse.
  • Ballance prétend opérer en fonction des souhaits de la population locale. Cependant, Ballance refuse systématiquement de répondre aux questions sur ce qu'il a fait pour obtenir ce consentement. La question du consentement des représentants du peuple est la pierre angulaire du jugement de la Cour de justice de l'UE du 21 décembre 2016, qui empêche l'inclusion des produits du Sahara Occidental dans les transactions commerciales UE-Maroc. Toutes les lettres de WSRW sur ce sujet restent sans réponse.

    Dans le rapport annuel de Ballance de 2007, la société affirme être «extrêmement fière» de la relation avec l'OCP. Les actionnaires institutionnels, les fonds de pension et les fonds souverains du monde entier ont mis l'OCP et d'autres importateurs en liste noire pour non respect des bases du droit international.

    "Le Maroc est notre plus grand fournisseur", a déclaré M. Wynne à Radio NZ aujourd'hui. Il n'est pas clair pour WSRW que cela est correct. D'après ce que WSRW comprend, Ballance n'obtient aucun phosphate du Maroc lui-même. M. Wynne déclare également qu'"il est possible" d'obtenir les phosphates provenant d'ailleurs, dans certaines conditions préalables.

    Selon Stuff.nz, M. Wynne aurait indiqué qu'il a importé plus de 100 cargaisons "sans problème".

    "S'il n'a communiqué qu'avec la puissance occupante, bien sûr, Ballance ne voit aucun problème. Pendant des décennies d'importations, Ballance a été l'un des plus importants bailleurs de fonds au monde de l'occupation marocaine illégale du territoire. Le responsable de l'opposition à ce commerce purge une peine à perpétuité en prison, tandis que les propriétaires souffrent de malnutrition par manque d'aide humanitaire. N'est-ce pas un problème ? Pourquoi Ballance refuse-t-il de parler avec les propriétaires des phosphates ? ", a déclaré Erik Hagen, de Western Sahara Resource Watch.

  •     


    EN ES FR DE AR


    Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

    Soutenez Western Sahara Resource Watch

    tn_sjovik_demo_610.jpg

    Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
    Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

    tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

    Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
    Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

    tn_poweringplunder_fr_610.jpg

    Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

    Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





    WSRW.org Archives 2017
    WSRW.org Archives 2016
    WSRW.org Archives 2015
    WSRW.org Archives 2014
    WSRW.org Archives 2013
    WSRW.org Archives 2012
    WSRW.org Archives 2011
    WSRW.org Archives 2010
    WSRW.org Archives 2009
    WSRW.org Archives 2008
    WSRW.org Archives 2007
    WSRW.org Archives 2004-2006






    Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi