Une compagnie de services sismiques rénonce au Sahara Occidental
fugro_demo_agadir1_610.jpg

La compagnie néerlandaise d’analyses sismiques Fugro NV, et sa filiale norvégienne Fugro-Geoteam, ont déclaré qu’ils ne voulaient plus entreprendre de mission au Sahara Occidental dans la situation politique actuelle dans le pays.
Mis à jour le: 08.05 - 2010 18:05Imprimez cette page    
La compagnie néerlandaise de services sismiques Fugro NV et sa filiale ont décidé de ne plus jamais entreprendre d’analyse au large des côtes du Sahara Occidental. Dans une lettre au ministère norvégien des affaires étrangères, Fugro-Geoteam a déclaré qu’il avait « décidé de s’abstenir de toute implication future au Sahara Occidental jusqu’à ce que la situation politique soit résolue ».

La lettre a été envoyée au Ministre des Affaires Etrangères le 23 avril de cette année, quand l’affaire des importations d’huile de poisson faisait rage dans les médias nationaux norvégiens.

L'année dernière, Fugro-Geoteam avait effectué des relevés sismiques pour le Maroc au large de la côte du Sahara occidental, alors même que le bureau des affaires juridiques de l'ONU a déclaré qu’une telle exploration pétrolière est en contravention du droit international.

"L’entreprise a choisi d'ignorer les droits des Sahraouis et de défier la dissuasion du Ministère. Le fait qu'il déclare maintenant qu'il ne renouvellera pas son engagement montre qu'il a finalement pris la critique au sérieux ", a déclaré Ronny Hansen du Comité Norvégien de Soutien au Sahara Occidental. "Une longue série de lettres que nous, nos alliés européens et le Polisario avons envoyé à Fugro-Geoteam et Fugro NV durant l'année écoulée, dans lequel nous demandions des informations sur leur participation, est restée sans réponse. "

«Cette reconnaissance est néanmoins tardive. Les données ont déjà été recueillies et remises à la société américaine à qui elles étaient destinées. Fugro-Geoteam a déjà tout préparé pour une violation du droit international et une escalade du conflit au Sahara Occidental ", a déclaré Hansen.

Fugro-Geoteam a été engagé pour des relevés sismiques au large du Sahara occidental sur mission de la société américaine Kosmos Energy en janvier 2009. La mission a entraîné de vives protestations du mouvement de libération le Polisario, qui s’est plaint de la mission d’analyse sismique norvégienne auprès du Conseil de sécurité de l'ONU. Les réfugiés sahraouis vivant dans les Iles Canaries (à droite) et les étudiants sahraouis au Maroc ont manifesté contre les analyses Norvégiennes. À l'automne 2009, la société n’a été pas autorisée à participer aux « Journées des métiers» à l'Université d'Oslo.

La maison-mère Néerlandaise de Fugro-Geoteam, Fugro NV, a également annoncé cette semaine qu'il mettrait fin à son implication au Sahara Occidental.

"S'il vous plaît soyez informés que Fugro NV est conscient de, et approuve, la lettre envoyée par Fugro-Geoteam AS en date du 23 avril 2010 au point de contact Norvégien pour l'OCDE ", a déclaré Fugro NV au Comité Norvégien de Soutien pour le Sahara Occidental, le 4 mai 2010.

Différentes filiales de Fugro NV ont été impliquées dans le territoire depuis une décennie. Le fait que la société-mère aux Pays-Bas ait également décidé de mettre fin à ses activités peut avoir des conséquences pour le programme pétrolier onshore et offshore du Maroc dans le territoire.

La base de la déclaration de Fugro-Geoteam est une plainte du Comité de soutien en décembre dernier, enregistrée auprès du point de contact de la Norvège pour l'OCDE, pour violation des directives de l'OCDE pour les entreprises multinationales. Sur la base de la reconnaissance de Fugro-Geoteam, le Comité de soutien a retiré sa plainte.

Il s'agit de la sixième compagnie dans l'industrie pétrolière internationale à mettre fin à son implication dans le Sahara Occidental après la pression du mouvement de solidarité.

La société pour qui Fugro-Geoteam AS a travaillé l'année dernière, Kosmos Energy, maintient son contrat d'exploration pétrolière offshore en violation de l'avis de 2002 des Nations Unies. La société irlandaise Island Oil and Gaz, avec San Leon Energy, maintiennent plusieurs accords dans le territoire occupé.

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi