"N’essayez pas d’attirer les victimes de BP dans un pays occupé"
aaiun_fisheries_610.jpg

Les pêcheurs de la Louisiane, victimes de la marée Noire de BP dans le Golfe, pourraient changer de lieu de travail pour un pays occupé, et soutenir un régime illégal et brutal. Cela pourrait être la réalité si les lobbyistes de Washington obtiennent ce qu'ils veulent. Communiqué de presse, WSRW, 30 juillet 2010.
Mis à jour le: 30.07 - 2010 14:03Imprimez cette page    
« N’essayez pas d’attirer les pêcheurs victimes de BP dans un pays occupé »

Communiqué de presse
Western Sahara Resource Watch
30 juillet 2010

Dans le territoire occupé du Sahara Occidental, un pays situé au nord-ouest de l'Afrique, des manifestants pacifiques sont soumis à de graves violations des droits humains lorsqu’ils se prononce en faveur de leur droit légitime à l'indépendance. Le Maroc a illégalement envahi le territoire en 1975, et le gouvernement marocain utilise aujourd'hui tous les moyens pour consolider l'occupation, en attirant des entreprises étrangères sur le territoire.

Un groupe de lobbyists de Washington essaient maintenant d’en faire le nouveau refuge des pêcheurs de Louisiane touchés par la marée noire.

«La marée noire de BP est un désastre inimaginable pour tout l'environnement du golfe du Mexique. Mais quelque soit notre sympathie pour les pêcheurs de Louisiane qui ont perdu leurs moyens de subsistance, nous espérons qu'ils rejetteront toutes les offres de conclure des d'affaires louches qui prolongeront les souffrances d'un peuple de l'autre côté de l'Atlantique », a déclaré Sara Eyckmans, coordonnateur de l'organisation internationale Western Sahara Resource Watch.

L'activité étrangère au Sahara Occidental est utilisée par le Maroc pour gagner des points politiques dans son occupation du territoire, et pour financer la coûteuse présence militaire dans la zone riche en ressources.

"Tant que le Maroc pourra attirer des entreprises au Sahara Occidental et gagner de l'argent sur l'occupation illégale, les difficultés et les souffrances du peuple Sahraoui ne pourront que continuer. Nous lançons un appel aux pêcheurs de la Louisiane et aux législateurs américains pour trouver une autre solution au problème qu’en profitant des ressources qui appartiennent au peuple Sahraoui opprimé ", a déclaré Eyckmans.

Selon les sources bien informées de l’agence de presse Africa Intelligence, deux lobbyistes pro-marocains à Washington ont reçu 140.000 dollars US pour "courtiser les entreprises de pêche déplacées du golfe du Mexique et les technologies de production pour aider le Maroc à moderniser son industrie de la pêche". Le groupe de lobbyistes payé par le Maroc est dirigé par un natif de Louisiane et un ancien membre de la Chambre des représentants du Mississippi.

Le peuple Sahraoui a appelé à plusieurs reprises la communauté internationale à s’abstenir de s'engager dans les transactions commerciales avec le Maroc et portant sur leurs ressources naturelles. La plupart des personnes employées dans le secteur de la pêche au Sahara Occidental sont aujourd'hui des colons marocains, que le Maroc a déplacés dans le territoire en violation de la Quatrième Convention de Genève. Le Maroc refuse d’accorder l'autodétermination aux Sahraouis, un droit que plus de 100 résolutions de l'ONU demandent d’être respecté. La Cour internationale de Justice a jugé sans fondement les revendications du Maroc sur le territoire. Le gouvernement américain a précédemment déclaré explicitement que le Sahara occidental est exclu de la coopération de libre-échange américano-marocaine.

Ce n'est pas la première fois que le Maroc a tenté de faire usage de marée noire pour attirer les pêcheurs dans le pays occupé. En 2002 de même, lorsque le pétrolier «Prestige» a provoqué une catastrophe écologique le long des côtes de l'Espagne, le Maroc a réussi à convaincre le gouvernement espagnol d'envoyer ses pêcheurs au Sahara Occidental.

En lire davantage sur le lobby, et l’histoire du « Prestige » ici.

Pour les commentaires et clarifications :

Sara Eyckmans
Coordinatrice, Western Sahara Resource Watch
(+32) 475 458695,  coordinator@ wsrw.org

Carlos Wilson, Los Angeles
US-Western Sahara Foundation
(+1) 858-755-9440 csahrawi@sbcglobal. net

Christina Kiel, New Orleans
Western Sahara Resource Watch – section Louisiana
(+1) 718-790-9426 (seulement après le 3 août), christina.kiel@ gmail.com

    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi