Lettre du CODESA à l’ambassadeur de l'UE
Le 9 août 2010, Aminatou Haidar porte-parole de l'organisation sahraouie de défense des droits de l’homme, CODESA, a demandé à l’Ambassadeur de l'UE à Rabat de répondre à une question simple. Ils sont toujours en attente.
Mis à jour le: 23.09 - 2010 01:05Imprimez cette page    
S.E. Eneko Landaburu,

Le 27 mai 2010, dans un article intitulé "La UE defiende la legalidad del acuerdo pesquero Marruecos con" de l’agence de presse espagnole EFE, il est a déclaré ce qui suit :

"En una rueda prensa celebrada hoy en Casablanca, Landáburu destacó que "el servicio jurídico de la Comisión Europea y todos los dictámenes de instituciones independientes han demostrado que no hay ningún problema de legalidad internacional en el acuerdo pesquero con Marruecos".

Notre organisation est préoccupée par la pêche de l'UE au Sahara Occidental, un territoire, comme vous le savez certainement, qu’aucun Etat ne reconnaît comme faisant partie du Maroc. D'après notre expérience, tous les conseils juridiques indépendants indiquent que la pêche dans le territoire non autonome du Sahara occidental est illégale.

Le conseil le plus clair est celui de l'auteur de l'avis juridique de l’ONU en 2002, l'ancien Conseiller juridique des Nations Unies et sous-secrétaire général aux affaires juridiques de l'ONU, M. Hans Corell, qui stipule clairement que l'accord est illégal. Le Service juridique du Parlement européen n'a pas trouvé de preuve de la consultation du peuple sahraoui, ni à ce que ce dernier bénéficie de l'accord, quelque chose que le droit international prescrit.

Nous avons suivi de près la pêche de l'UE au Sahara Occidental depuis 2006, et nous avons été très surpris d'apprendre de vos déclarations que d'autres « institutions indépendantes » affirment que la pêche au Sahara Occidental pourrait être légale.

Par conséquent, nous vous prions de nous expliquer à quelles institutions indépendantes vous faites référence dans votre déclaration.

En espérant vous lire très rapidement,

Cordialement,
Aminatou Haidar, présidente de l'exécutif de la CODESA
El Aaiun, au Sahara Occidental
Le 9 août 2010


    


EN ES FR DE AR


Le Sahara Occidental est occupé par le Maroc. Les entreprises qui concluent des accords avec les autorités marocaines dans les territoires occupés, donnent un signe de légitimité à l’occupation. Cela ouvre aussi des possibilités de travail aux colons marocains et de recettes au gouvernement marocain. Western Sahara Resource Watch demande aux compagnies étrangères de quitter le Sahara Occidental jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée au conflit.

Soutenez Western Sahara Resource Watch

tn_sjovik_demo_610.jpg

Aidez-nous à protéger les ressources naturelles du Sahara Occidental pour le peuple sahraoui. Soutenez notre action en faisant un don.
Agissez pour les 25 de Gdeim Izik !

tn_court_photo_gdeim_izik_610.jpg

Les principaux militants du Sahara occidental sont condamnés à des peines allant de 20 ans à la réclusion à perpétuité suite à une manifestation populaire de 2010, le camp de protestation Gdeim Izik, qui dénonçait la marginalisation sociale et économique du peuple sahraoui dans leur terre occupée.
Rapport. L'énergie verte marocaine utilisée pour piller le Sahara

tn_poweringplunder_fr_610.jpg

Une part croissante de tels projets est située dans le territoire occupé du Sahara Occidental, est utilisée pour le pillage des minerais. Le nouveau rapport WSRW le détaille.

Si'il vous plaît inscrivez pour recevoir la newsletter:





WSRW.org Archives 2017
WSRW.org Archives 2016
WSRW.org Archives 2015
WSRW.org Archives 2014
WSRW.org Archives 2013
WSRW.org Archives 2012
WSRW.org Archives 2011
WSRW.org Archives 2010
WSRW.org Archives 2009
WSRW.org Archives 2008
WSRW.org Archives 2007
WSRW.org Archives 2004-2006






Ces pages web ont été construites avec le soutien financier du syndicat norvégien Industri Energi